L’instauration du permis à points dans le système de transport sénégalais ne peut nullement garantir la sécurité routière. Telle est l’économie de la conviction du président de l’Association nationale des consommateurs du Sénégal (Ascosen). En effet, joint au téléphone par Actusen.com, pour cueillir son avis sur la polémique qui entoure cette mesure dont l’entrée en vigueur est prévue en juin prochain, selon le ministre des transports terrestre et du désenclavement.

D’après l’analyse de Momar Ndao, ce fameux permis à point ne peut pas changer la donne sur la prévention des accidents routiers. Autrement dit, la route va continuer à ôter la vie à des personnes, ce même avec cette mesure. Le nœud du problème étant, à son avis, l’état d’esprit même du Sénégalais.

En clair, Momar Ndao de signaler que plusieurs mesures répressives ont été prises par les autorités sénégalaises. Mais la quasi-totalité de ces mesures sont enfreintes par les conducteurs sans que les sanctions prévues s’en suivent. Donc, il dit craindre que ce même scenario ne se reproduise. Au bout du fil, il explique, en guise d’exemple, que parmi tant d’autres, les textes ont imposé l’affichage obligatoire des tarifs dans les véhicules de transport en commun, cependant, regrette-t-il, personne ne le respecte. Cela, sans que les autorités ne fasse bouger le petit doigt.

Aliou KANE (Actusen.com)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here