Y a t-il des forces obscures qui protègent les promoteurs de Société des produits halieutiques (Sph)? Difficile de répondre par la négative et pour cause.

Premièrement, selon SourceA, l’implantation de cette usine chinoise à Abène s’est faite au mépris total du périmètre de l’Aire marine protégée sans aucune étude d’impacte environnemental et social.

Deuxièmement, le canard de Castors/Bourguiba renseigne qu’à la suite de la Commission régionale de la protection civile, la gendarmerie a notifié à Lin Zi Zijun de cesser toute activité.

Mais, à la plus surprise générale, le Chef de la Division régionale de l’environnement a remis l’usine en marche,. Ce, sans la fin de l’étude d’impact environnemental et social.

Troisièmement, quand le 01er juin, la gendarmerie est repartie au front pour notifier, au Directeur de la Sph, l’arrêt de toutes ses activités, le Directeur des industries de transformation de la Pêche, Diène Ndiaye, l’a “freinée” avec un fax.

Quatrièmement, s’il arrive d’être interpellés par les Agents de l’Aire marine protégée et astreint à payer une amende de plusieurs millions F Cfa pour infraction à la législation sur l’environnement, notamment, pour avoir dit-on, déversé des déchets polluants suspectés d’être toxique, les Chinois sont, libérés, par un coup de fil venant de Ziguinchor. Alors qu’ils ont, confie-t-on à SourceA, reconnu, sur procès-verbal, avoir, délibérément, versé ces produits polluants dans l’Océan.

Actusen.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here