“Avant de voter une loi, il faut voir ses conséquences sur la population”, disait Feu «Dabakh» aux députés

14 septembre 1997, 14 septembre 2017. Voilà 20 ans, jour pour jour, que Feu Serigne Abdou Aziz Sy «Dabakh» rendait l’âme. En ce jour où toute la communauté musulmane, surtout celle «tidiane», commémore son anniversaire de rappel à Dieu, Les Echos nous rappelle la vie et l’œuvre de l’homme de Dieu.

Car, ce jour coïncide, aussi, avec l’installation de la 13ème Législature. Sur ce, le journal reprend quelques uns de ses propos, en tant que patriarche, laissés à son peuple, avant de s’en aller.

«Si on vous présente un texte, il faut bien l’étudier avant de le voter», disait-il, aux députés devant siéger à l’Assemblée nationale. On était, à l’époque, du magistère du Président Abdou Diouf.

Toujours dans les colonnes du canard de Front de Terre, on lit : «avant de voter une loi, il faut voir ses conséquences sur la population». Telle était la bonne parole du Guide religieux aux politiques.

Actusen.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here