La mort de l’étudiant Fallou Sène en Licence II en Français à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis continue de créer l’indignation chez toute la classe sociale. Dans un communiqué parvenu à la Rédaction de Actusen.com, le CUSEMS “considère que ce drame, loin de procéder d’un incident comme on veut le faire croire à l’opinion, vient couronner une série d’agressions contre les acteurs les plus vulnérables du système éducatif dont l’Etat devait assurer particulièrement la sécurité”. A cet effet, le CUSEMS dénonce “l’irresponsabilité manifeste des autorités administratives et policières pour qui, apparemment, la sécurité des citoyens qu’ils doivent assurer est une vaine expression”.

Voici l’intégralité du communiqué.

COMMUNIQUE DIRECTOIRE NATIONAL DU CUSEMS

Le directoire national du CUSEMS a appris avec consternation, ce Mardi 15 Mai 2017, la disparition tragique de l’étudiant FALLOU SENE, suite à la répression brutale d’une manifestation d’étudiants dont le seul tort aura été d’exiger des autorités de la république, le paiement de leurs bourses. Le CUSEMS s’incline pieusement devant la mémoire de la victime et exprime sa sympathie et sa solidarité à sa famille et à toute la communauté éducative de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis en particulier et au-delà à celle du Sénégal en général. Toutefois, le CUSEMS considère que ce drame, loin de procéder d’un incident comme on veut le faire croire à l’opinion, vient couronner une série d’agressions contre les acteurs les plus vulnérables du système éducatif dont l’Etat devait assurer particulièrement la sécurité.

 A Ziguinchor, le 12 avril 2018, une marche pacifique d’enseignants, autorisée puis interdite avant d’être ré-autorisée a été violemment réprimée sur ordre d’autorités administratives zélées. – Quelques jours plus tard, des manifestations pacifiques de potaches dans la même ville, puis à Sédhiou, Gandiaye et enfin à Thiès ont connu le même sort.

A l’occasion, la furie policière a valu à une jeune fille une blessure par balle, à certains élèves d’être brutalités et emprisonnements. A Thiès, L’un d’eux, d’ailleurs a perdu un œil, pendant qu’un autre dans la même foulée, s’en est tiré avec une amputation partielle du nez. Depuis peu donc, on assiste à un déchaînement de violence gratuite contre d’honnêtes citoyens qui, excédés par le non-respect de la parole donnée par l’autorité, expriment un droit consacré par la constitution.

Le CUSEMS condamne avec la dernière énergie toutes ces dérives et particulièrement cette dernière. Il dénonce fermement l’irresponsabilité manifeste des autorités administratives et policières pour qui, apparemment, la sécurité des citoyens qu’ils doivent assurer est une vaine expression. Il exige par ailleurs, que la lumière soit faite sur cette bavure, dans les plus brefs délais afin que tous les auteurs de cette forfaiture soient sanctionnés quel que soit leur niveau de responsabilité à la hauteur de leurs fautes. Le CUSEMS précise enfin que la stratégie qui consiste à sécréter la peur et à régner par la terreur ne saurait prospérer dans une république comme la nôtre. Aussi, invite – t – il les autorités à un strict respect des droits des citoyens pour garantir la stabilité sociale sans laquelle, point d’émergence possible!

LE DIRECTOIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here