Depuis quelques jours, c’est un déluge de critiques et d’accusations les unes plus fantoches que les autres, qui s’abat sur Songué Diouf, l’un des animateurs de la Tfm. Au motif que celui-ci a laissé entendre qu’une femme habillée sexy victime de viol, l’aura bien cherché. Sa langue peut avoir fourché.

Mais nul ne peut jurer sur ce qu’il a de plus cher pour dire que le Professeur Songué n’est pas un homme mesuré. Un homme responsable. Qui a toujours fait dans la retenue et la mesure, lors de ses interventions sur le petit écran de la Tfm.

Certes, il peut s’être trompé, comme ça peut arriver à tous les mortels. Mais, diantre, est-ce que ça en vaut tout ce tintamarre et ces charivaris ? Au point que des femmes, que personne n’a mandatées, nous saoulent avec leur dur désir de traîner dans la boue ce brillantissime esprit.

En tout cas, à ce que l’on sache, ni l’épouse du Professeur, ni la mienne, encore moins ses propres sœurs ou les miennes n’ont donné carte blanche à un groupuscule de femmes pour s’acharner sur le Chroniqueur de l’émission «Jakaarlo».

A Sunugal, on adore nous bassiner les oreilles avec des choses qui n’en valent pas le coup. Songué Diouf ne peut pas ne pas respecter la gente féminine. Parce qu’ayant une maman, une ou des épouses, des sœurs, des tantes… Alors, pourquoi ce lynchage en live injuste sur les réseaux sociaux.

Et puis, qu’une femme à qui l’époux n’aura jamais dit un mot dur ou déplacé, par inadvertance ou par accès de colère, lève la main ! Alors, lâchez les basques au Professeur, éteignez les lampes et allez-vous coucher. Même Dieu le fait, quand on pêche et lui demande pardon !

SourceA (dans son billet du jour)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here