Le ministre des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement a présidé ce lundi 5 mars 2018, le lancement des travaux de la cellule genre de son département.

Cette structure, informe Abdoulaye Daouda Diallo, devra s’occuper de tout ce qui devra être pris en compte dans le cadre du besoin genre. “Le besoin genre n’est simplement une question de femmes. C’est la prise en compte de tous les besoins des groupes vulnérables: les personnes handicapées, les femmes…”, précise le ministre.

La population du Sénégal est composée de 61% de jeunes et 51% de femmes. L’indice du développement humain du pays est estimé à 0,494. Ce qui le classe dans la catégories des nations à faible développement humain. L’indice du développement du genre est estimé de 0,886 et celui de l’inégalité du genre est de 0,521. Ces chiffres, révèlent, selon Abdoulaye Daouda Diallo, qu’il y a de nombreuses inégalités entre les hommes et les femmes dans notre pays.

Pour infléchir cette tendance, le Sénégal a élaboré en 2005, le document de stratégie nationale pour l’équité et l’égalité du genre. Il a, ainsi, adopté ou ratifié des instruments juridiques nationaux et internationaux pour l’égalité dont l’un des derniers a été l’institutionnalisation des cellules de genre dans tous les ministères.

La mise sur pied d’une cellule genre au ministère des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement entre dans ce cadre.

Oumar Ndiaye (Actusen.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here