EN DESACCORD SUR TOUT

A ‘’Sunu Gaal’’, on ne s’entend plus autour de rien. Quand toutes les religions condamnent le meurtre, certains détraqués appuient sur l’accélérateur pour abréger la vie de leurs semblables. En atteste le lâche assassinat en plein mois béni de ramadan par un présumé membre de l’Alliance pour la République.

Pour mettre fin à ce carnage, certains théorisent la peine de mort. Mais c’est sans compter sur des défenseurs des droits de l’Homme comme Aliou Tine. Ils ne veulent point en entendre parler.

Autre pomme de discorde : le profil de la personnalité indépendante devant présider aux destinées du dialogue, tantôt, national ; tantôt, politique. Même sur le lexique, on ne parvient pas à accorder les violons.

Le désencombrement des rues, qu’on veut rendre propres comme celles de Kigali, idem. Ça rouspète, dans un coin.

Alors, au rythme des voix dissonantes, ce ne serait pas exagéré de recourir au ‘’ndeupp’’, pour exorciser notre mal, qui consiste à nous enliser davantage dans la controverse. Et ce, sur tous les plans.

Mame SAGAR (Billet-SourceA)

Share Button

Laisser un commentaire