Entre Idrissa Seck et Talla Sylla, on semble jouer à malin, malin et demi. En effet, en dénonçant, avant-hier, le ‘’comportement déloyal, discourtois, et inélégant’’ de l’ancien leader du Jef-Jef ’ qui a lancé son Mouvement, sans l’en informer, l’ancien Premier ministre a (ré) appris, à ses  dépens, que la politique n’est pas une affaire d’enfant de chœur. Mais plutôt souvent un jeu de dupe, où chacun, guidé par ses propres intérêts, essaie de tirer son épingle du jeu.

 

Le leader de Rewmi soupçonne l’ancien patron de Jëf-Jëf de vouloir rejoindre le camp présidentiel, après qu’il l’a ‘’porté’’ à la tête de la Mairie de Thiès. Vrai ou faux ? En tout cas, les signes précurseurs d’un clash entre les deux hommes étaient perceptibles.

En effet, on se souvient de la réunion du Conseil municipal de Thiès en 2014, qui a tardé à démarrer, faute de quorum. Talla Sylla était obligé d’attendre plusieurs heures pour atteindre le quorum, 48 sur 80, pour démarrer la réunion.

 

Au même moment, le maire de la Commune nord, Lamine Diallo, membre de Rewmi, avait, lui aussi, convoqué un Conseil municipal pour les mêmes motifs. Ce qui avait fait réagir Seynabou Diéguène, Pca du Petit Train Bleu. “Talla Sylla est un grand Monsieur. Son erreur a été de s’allier avec Rewmi. Il est combattu par les gens de son camp”, disait elle.

 

Si Talla Sylla a joué le jeu dans un environnement ‘’hostile’’ pour pouvoir ‘’travailler tranquillement’’, son collègue Thiès-Nord, Mamadou Diallo, ne lui a pas facilité la tâche. Ce dernier, qui voit en Talla un ‘’imposteur’’, va engager un bras de fer contre lui, à cause de la gestion de la gare routière et du marché central de Thiès.

Si l’édile de Thiès croit que ces deux structures sont sous sa tutelle, Mamadou Diallo, lui, pense qu’elles lui reviennent de droit, en vertu à l’Acte III de la Décentralisation. Il aura fallu l’intervention de Idrissa Seck pour que le problème soit réglé.

Mais ayant certainement compris que son avenir à la tête de la Ville de Thiès dépend d’un seul homme, en l’occurrence Idy, Talla Sylla semble vouloir, aujourd’hui,…s’affranchir. Et la séquence des actes posés, pour y arriver, sont loin d’être le fruit du hasard. Premier acte : l’ancien Président de l’Alliance Jëf-Jël accepte  de répondre, favorablement, à l’appel au dialogue national lancé par le Président de la République, alors que son allié, Idy, a décidé de boycotter la rencontre du 28 juin passé.

Deuxième acte : Talla Sylla annonce, au lendemain, de ce dialogue national, la création d’un Mouvement ‘’Fal askan wi’. Même s’il nie vouloir rejoindre les prairies marron-beige du Président Macky Sall, certains observateurs sont peu convaincus.

         ’’Idy et Talla sont tous des manipulateurs’’

Entre Talla et Idy, c’est une longue histoire, qui remonte au Parti démocratique sénégalais. Ces deux hommes se sont connus dans la formation de Me Abdoulaye Wade, sans être les meilleurs amis du monde.  Leurs relations n’ont pas été un long fleuve tranquille, selon des sources dignes de foi contactées par Actusen.com. En effet, confient nos sources, Talla Sylla n’a jamais digéré ‘’l’égo surdimensionné’’ du  Président du Conseil départemental de Thiès.

’Talla Sylla et Idy ont toujours été des ennemis. Lorsque Idy était le Directeur de campagne de Wade en 1988, Talla n’a pas voulu adhérer au Parti démocratique sénégalais. Il a fallu que Idy aille aux Etats-Unis en 1989 pour des études, pour que Talla accepte de venir au Pds”, confie à Actusen.com un membre fondateur du Pds.

Ce dernier renchérit : “en 1996, lorsque Idy est rentré au bercail, Talla ne pouvait pas le supporter parce qu’il ne respectait pas les anciens du Parti. Il critiquait leur barbe et leur long chapelet. Ce qui avait irrité Talla qui avait finalement quitté le Pds’’. Cette version est, d’ailleurs, confirmée par le fondateur de Jëf-Jêl, lui-même, lors d’une émission sur Walfadjri fm, en 2003.

Selon notre interlocuteur, le clash entre les deux hommes était prévisible, car ayant le même profil.’’Idy et Talla sont tous des manipulateurs, des rusés. Chacun voulant utiliser l’autre. Finalement, c’est Talla qui a gagné, car il a obtenu la Mairie et n’a pas finalement adhéré à Rewmi’’, conclut notre source qui a pratiqué les deux personnalités.

Daouda Gbaya (Actusen)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here