Etat d’exécution du “Yoonu Yokkuté” : Résultats d’une autopsie !

  • On en sait davantage sur l’état d’exécution du Programme ‘’Yoonu Yokkute’’ proposé, à la veille de la Présidentielle de 2012, par Macky Sall, candidat d’alors à la succession d’Abdoulaye Wade. SourceA, qui a plongé dans les conclusions du Rapport de «Mackymètre», un outil d’évaluation de l’état d’avancement des projets regroupés dans ledit Programme, est en mesure de donner, avec exactitude, le nombre de promesses déjà réalisées, en cours ou pas, jusqu’à ce jour, matérialisées.

    48% des promesses faites dans le programme de campagne de 2012 n’ont pas encore vu le jour ; contre 34.5% qui sont en cours et seulement 17.6% qui ont été réalisées. Dans le deuxième jet de ses investigations, SourceA vous entretiendra du niveau de Projets exécutés ou en cours de l’être ou, qui, jusqu’ici, ne sont pas encore sortis de terre, dans le cadre du Plan Sénégal Emergent. Où Macky Sall a fait de meilleurs résultats.

    Pour sa campagne de 2012, le président Macky Sall, alors candidat à la Présidentielle, avait proposé aux Sénégalais le Programme, «Yoonu yokkute» (la voie du progrès). Le document contenait cent quarante-huit promesses que le candidat de l’époque avait appelées mesures-clés. Toutes ces mesures proposées, tournaient autour de 3 principales priorités, que sont la jeunesse, les femmes et le monde rural.
    Et celles-ci, regroupées en 5 axes solidaires : mettre fin aux injustices sociales, assurer les bases économiques du développement, atteindre une productivité développante, devenir un modèle de démocratie efficace, garantir la paix, la sécurité, la stabilité et œuvrer pour l’intégration africaine. Ce qui en faisait, au total, cent quarante-huit (148) mesures-clés.

    Depuis son accession à la Magistrature suprême en 2012, le Président Macky Sall a déroulé son plan d’actions sur la base du «Yoonu yokkute». Même si, depuis 2014, il travaille sur la base du Plan Sénégal émergent (Pse) qui est différent de son Programme (Ndlr : nous y reviendrons dans l’une de nos prochaines éditions), avec le Programme initial, certaines de ces mesures ont pu être réalisées d’autres sont en cours. Mais la plupart ne sont pas, à, ce jour, faites.

    148 mesures, 26 réalisées, 51 en cours et 71 pas faites

    Pour avoir une idée claire et objective des réalisations des promesses du chef de l’Etat, SourceA s’est référé à la Plateforme dénommée Mackymètre. Ceci est un outil, qui permet d’avoir une évaluation objective de toutes les mesures-clés du «Yoonu yokkute». Et le site est accessible à tous les Sénégalais, qui éprouvent le besoin d’avoir une idée précise de l’état d’avancement des promesses formulées, à l’époque, par le président sortant, Macky Sall. Une visite de la plateforme, guidée par un des responsables de l’outil informatique, permet à votre canard d’écrire, sans courir le risque d’être démenti, que sur les 148 mesures proposées au peuple sénégalais en 2012, le président en a réalisé que 26. Cinquante et une (51) sont en cours d’être réalisées et 71 ne sont toujours pas faites.  En termes de valeur relative, cela fait 48% de mesures-clés pas faites ; 34.5% en cours et 17.6% de projets déjà réalisés.

    Santé et bien-être ; Enseignement, de la Recherche et de l’Innovation ; Agriculture-Elevage-Pêche et Aquaculture ; Industries, Artisanat, Mines et BTP ; Lutte contre la corruption : les secteurs délaissés

    Sur les 4 mesures prises dans le secteur Aménagements, maitrise de l’eau, équipements et technologies agricoles, une seule a été réalisée. En ce qui concerne la Santé et le bien-être, le candidat d’alors avait annoncé 6 mesures dans son Programme du «Yoonu yokkuté», rappelle Mackymètre. Mais une seule a été réalisée en sept ans. Et il s’agit de la Couverture maladie universelle (Cmu). Quatre ne sont pas faites et une est en cours (Construction et équipement de 10 nouveaux hôpitaux de niveau régional et d’au-moins, d’un Centre de santé équipé dans chaque Commune ou Communauté rurale).

    Le secteur de l’Enseignement, de la Recherche et de l’Innovation est, aussi, en souffrance, malgré tout ce que le Gouvernement tente de faire croire. Pour cause, des six promesses faites, aucune n’a été réalisée. Et pourtant, il s’agit bien d’un secteur important. La seule mesure, qui est en cours, concerne le «désengorgement de l’Université de Dakar en, créant de nouvelles Universités dans la banlieue».

    Le secteur Agriculture-Elevage-Pêche et Aquaculture, qui constitue une des priorités, n’a pas connu d’avancées. Là-bas, aussi, six promesses ont été faites. Deux sont toujours en cours de réalisation et quatre ne sont pas encore faites.

    Industries, Artisanat, Mines et BTP : dans ce secteur, il y a eu six mesures. Là, seule l’une d’elles une est en cours d’exécution. Il s’agit de la mise à disposition des entreprises à fort potentiel de développement, les moyens capitalistiques de leur expansion (Raffinerie, Oléagineux, Cimenteries, Agroalimentaires, Télécoms, BTP, Médias, etc.) en renforçant leur capital par la création d’un Fonds Souverain d’Investissement Stratégique (Fonsis) de 250 milliards. Les cinq autres ne sont pas faites.

    Dans la lutte contre la corruption, le Gouvernement est à la traine, si l’on se fie, également, à l’instrument de mesure qui intervient dans l’évaluation de la gouvernance publique de plusieurs pays africains. Six mesures-clés ont été prises deux ont été faites et les quatre n’ont pas été faites. Pourtant, la liste est loin d’être exhaustive.

    Macky très bien noté dans la gouvernance exemplaire et «rassemblée» ; le règlement du conflit de la Casamance

    Même si la majorité des promesses faites aux Sénégalais n’ont pas été tenues, jusqu’ici, tout n’est pas sombre. Car il y a des secteurs où tout est vert (faits) ou presque. Dans les Secteurs comme la Gouvernance exemplaire et «Rassemblée», d’énormes progrès ont été consentis. Sur les dix mesures, cinq ont été réalisées, trois sont en cours et seulement deux n’ont pas été faites.

    Pour le Règlement du conflit de la Casamance, neuf mesures étaient nécessaires. Les six sont en cours d’exécution et seulement trois n’ont pas été faites.

    Ndèye Aminata Sagar DIAHAM

     

    PLATEFORME «MACKYMETRE.COM»

    Un outil d’évaluation fiable des réalisations du Gouvernement

    Le Mackymètre est un outil informatique permettant d’évaluer les réalisations du Gouvernement. Loin d’être politique, la Plateforme permet aux citoyens d’avoir une idée précise, en toute objectivité, de l’état d’évolution de toutes les mesures.

    En 2013, quatre informaticiens ont mis sur pied la Plateforme. Cette idée est née, selon Daouda Diaw, un des membres fondateurs de «Mackymètre», d’une discussion entre lui et ses camarades. Voulant se faire une idée précise et non partisane de l’avancement des projets. C’est de ces discussions que leur est venue l’idée de créer cette Plateforme. Le projet est d’une telle réussite, que plusieurs pays africains l’ont copié et appliqué. La preuve, la Gambie a son «Barrowmeter» ; au Nigéria, il y a le «Buharimeter» ; au Bénin, c’est le «Talonmètre». De même qu’au Burkina Faso, avec le Présimètre.

    Partout dans ces pays, Daouda Diaw et ses camarades, qui ont été les pionniers dans le domaine, ont été invités à former des techniciens destinés à gérer les Plateformes respectives de leurs pays. D’ailleurs, au Burkina, ils ont même reçu une distinction des Nations-Unies. Tout cela prouve que le projet est fiable, sûr et objectif.

    Au Burkina, ‘’Présimètre’’, l’équivalent de ‘’Mackymètre’’, a reçu une distinction des Nations-Unies

    Mais ce que les initiateurs de la Plateforme déplorent, c’est le fait que, malgré sa réussite hors de nos frontières, l’outil reste inconnu des Sénégalais. Pourtant, plusieurs sorties médiatiques ont été faites pour cela. De la presse locale, en passant par Radio France International (RFI), qui s’est intéressée de très près aux missions de Mackymètre.

    Ndèye Aminata Sagar DIAHAM

Share Button

Laisser un commentaire