Dans un contexte de découverte de pétrole et de gaz, le long des côtes sénégalaises, il serait judicieux de réfléchir sur le format du dispositif d’exploitation et de transformation de ces richesses minérales. C’est ce que semble comprendre le ministère du pétrole et du gaz qui s’est lancé dans un processus d’élaboration d’une plateforme d’information sur les ressources énergétiques, un projet piloté par l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (Uemoa).

En effet, le secrétaire général dudit ministère, Adama Diallo, présidant ce mercredi l’ouverture officielle des travaux de concertation pour la mise sur pied du Système d’ Information Energétique (Sie), a précisé que le secteur énergétique est dans notre pays comme dans tant d’autres, l’un des leviers fondamentaux d’un développement socio-économique.

A cet effet, ajoute-t-il, le Sénégal s’est engagé depuis 2012, à la mise en œuvre d’une lettre de politique avec des orientations majeures en réponse à son avis aux défis qui interpellent le secteur. Devant les experts et représentants de l’Uemoa et de l’Institut de la Francophonie et du développement durable (Ifdd) ainsi que plusieurs segments en charge de l’énergie, le représentant du ministre du pétrole et du gaz a indiqué que cette stratégie visant à transformer le mix énergétique, à développer les réseaux du transport et à accélérer l’accès à l’électricité surtout en milieu rural, a servi à notre pays d’atteindre d’après lui d’importants résultats. Dans sa logique de faire comprendre l’utilité d’un système d’information sur l’énergie, Il explique que, autant la mise en œuvre des actions est importante, autant, le suivi évaluation des impacts sur l’évolution du secteur est nécessaire.

C’est dans ce cadre d’ailleurs, a-t-il souligné qu’interviennent les systèmes d’informations énergétiques. Au sujet de ce projet justement, il mentionne que la mise en œuvre d’une telle initiative  de l’Ifdd a permis au Sénégal d’institutionnaliser un cadre officiel de collecte, d’analyse et de validation de l’ensemble des donnés du secteur de l’énergie.

Poursuivant, il fait savoir que la prise en charge dans un seul système intégré de gestion des données de la biomasse, des hydrocarbures de l’électricité, des énergies renouvelables pour réaliser le bilan énergétique national et les analyses sectorielles sur la base des indicateurs clés est d’après lui, un atout pour une prise de décision efficace. C’est tout le sens selon lui de la nécessité de renforcer les capacités et de mettre à disposition des outils en mesure d’analyser l’évolution de nos systèmes énergétiques.

 Aliou KANE                                                                                                                                                                

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here