Journée Mondiale de la Population 2017: le Sénégal opte pour la planification familiale

 

A l’instar de tous les pays du monde, le Sénégal a célébré aujourd’hui, la Journée Mondiale de la Population (JMP) à l’Hôtel King Fahd Palace.

Autour de la thématique : “Planification familiale, autonomisation des populations et développement du Sénégal“, le Directeur de la Planification et des Politiques Economiques du Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, Pierre Ndiaye, a accentué son discours sur la planification familiale.

Par ailleurs, il a démontré les programmes du Gouvernement sénégalais  dans le domaine de la santé relatifs à la planification familiale qui, pour M. Ndiaye occupe une place prépondérante.

Voici l’intégralité de son discours…

Honorables députés,

Excellences, Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs,

Monsieur  le  Représentant du  Fonds des  Nations Unies  pour Ia Population

Mesdames, Messieurs les représentants des partenaires au développement,

Mesdames, Messieurs les Représentants des départements ministériels,

Chers invités,

Je suis particulièrement honoré d’être parmi vous pour présider  au nom du  Ministre  de  l’Economie,  des  Finances  et  du  Plan  la  cérémonie officielle d’ouverture des manifestations  commémoratives  de la Journée Mondiale de la Population, édition 2017.

La Journée Mondiale de la Population a été instituée par le conseil d’administration du Fonds des Nations Unies pour la Population en 1989. Elle constitue, un  moment  privilégié pour sensibiliser  et  mobiliser l’ensemble des acteurs, sur les questions de population qui sont au cœur de la lutte contre la pauvreté et la promotion du développement durable.

Mesdames et Messieurs,

La thématique  retenue cette année  et qui porte sur : «la planification familiale : autonomisation  des populations et développement  des nations » est d’une importance stratégique incontestable.

En effet, il est aujourd’hui  établi que le développement  économique  des nations  est  assujetti  a  une  bonne  maitrise  des  tendances démographiques qui sont a leur tour influencées par les décisions individuelles  et  collectives relatives  a la procréation.  Cette  corrélation mise en exergue par la conférence du Caire en 1994 a été réaffirmée par les cinq grandes  rencontres internationales sur la Planification Familiale, tenues a  Kampala  en 2009, a  Dakar en 2011, a Londres  en 2012,  a Addis-Abeba en 2013 et plus récemment en Indonésie en Janvier 2016.

Ces  conférences  ont abouti a un engagement  ferme  et cohérent  pour appuyer la mise en œuvre et l’élargissement des programmes de Planification  Familiale  dans  les  pays  en  développement   et particulièrement dans la Région Afrique qui enregistre les taux les plus élèves de Besoins non satisfaits en contraception.

Mesdames et Messieurs,

Selon  les estimations, environ  225 millions de femmes  qui souhaitent éviter ou retarder une nouvelle grossesse n’en ont pas la possibilité car elles n’ont pas accès aux informations  et aux services  nécessaires, ou ne  sont  pas  soutenues  par leur partenaire  ou  leur  communauté.  Ces femmes  dont les besoins  en contraceptifs  ne sont pas satisfaits  vivent pour la plupart dans les 69 pays les plus pauvres du monde.

En Afrique, 23,5% des femmes en âge de procréer ont un besoin non satisfait  en  contraception   moderne,  contre  10,9%  et  10,4% respectivement en Asie et en Amérique latine.

La Conférence  de haut  niveau tenue a Ouagadougou  en Février 2011 sur   «Population,   développement   et  planification  familiale : l’urgence d’agir»,  a été  une  étape  déterminante  qui  a  permis la création du  «Partenariat de Ouagadougou » (PO) qui regroupe neuf (9) pays francophones  d’Afrique  de l’Ouest dent le Sénégal et leurs partenaires techniques et financiers. Ce réseau a pose d’importants actes afin d’accélérer  les progrès  dans l’utilisation des  services  de PF dans  ces pays.

Le Sommet de Londres, Family Planning 2020 (FP2020) en 2012 a également suscite des engagements forts en faveur des droits de 120 millions de femmes et de jeunes filles supplémentaires dans les pays les plus pauvres du monde pour I’ utilisation des services, des informations et des produits de contraception, sans contrainte ni discrimination, d’ici a 2020.

Mesdames et messieurs

L’accès a la planification familiale volontaire et sans danger constitue un droit fondamental  et une stratégie à la fois accessible et incontournable dans la lutte centre la mortalité et la morbidité maternelle et néonatale.

Elle  demeure  par  ailleurs,  un  moyen  sur  pour  l’autonomisation  des femmes et des jeunes, facteur essentiel de la réduction de la pauvreté. Le gouvernement  du Sénégal a très tôt compris que la Planification Familiale  (PF),  au-delà des  bénéfices  sanitaires qu’elle  permet d’engranger,  contribue à une meilleure maitrise  de la croissance démographique.

A cet égard, il s’est résolument  engagé à promouvoir  des programmes d’envergure  dans le domaine de la sante dans lesquels, la planification familiale (PF) occupe une place prépondérante.   II s’agit notamment :

  • du Plan National de Développement Sanitaire (PNDS) 2009-2018
  • de la Feuille de Route multisectorielle 2006- 2015 pour accélérer la réduction de la mortalité et de la morbidité maternelle, néonatale et infantile
  • du Programme National de Planification Familiale  (PNPF),  2012-2015

Ces programmes  ont permis de mettre en œuvre plusieurs stratégies combinées   ayant   abouti   a  des   avancées   significatives.   Parmi   les résultats  obtenus,  on peut noter un Taux de Prévalence  Contraceptive de 21,2 % contre 12% en 2010, avec des besoins non satisfaits (BNS) estimes a 25,2%  selon I’EDS continue 2015.

Malgré  cette avancée  significative,  beaucoup  d’efforts  restent  a faire pour  atteindre  le nouvel objectif  que  le Sénégal  s’est  fixe  pour  2020. C’est pourquoi, le Sénégal s’est engage dans un processus d’élaboration d’un  nouveau  Cadre Stratégique National de la Planification Familiale(CSNPF), pour la période 2016-2020.

Ce cadre a pour ambition de relever davantage le niveau de prévalence contraceptive  et  de réduire  la mortalité  maternelle  et  infantile, conformément aux recommandations du Partenariat de Ouagadougou. L’objectif national est de porter la prévalence contraceptive  de 21,2 % en 2015 a 45% a l’horizon 2020 selon une clé de répartition prédéterminée pour permettre a tous les acteurs de contribuer  a l’atteinte du résultat au niveau national.

La  mise  en  œuvre  du  Cadre  Stratégique  National de la  Planification Familiale 2016-2020 va s’appuyer sur une combinaison de stratégies majeures visant à la fois a améliorer l’offre et la demande de services de planification familiale dont : L’Informed Push Model (IPM), l’identification systématique des besoins de la cliente (ISBC), les stratégies avancées, la franchise sociale, la délégation des taches, la campagne « Moytou Nef» et le plaidoyer religieux.

Ces  stratégies  entrent  dans  le  cadre  de l’approche «  3D  » (Démocratisation, Démédicalisation,  et Décentralisation) lancée par le Sénégal et adoptée par tous les pays du Partenariat de Ouagadougou.

Mesdames et Messieurs,

La promotion de la planification familiale et la garantie de l’accès  aux méthodes de contraception de leur choix pour les femmes et pour les couples – est essentielle si l’on veut assurer le bien-être et l’autonomie des femmes tout en soutenant la sante et le développement des communautés.

La planification  familiale permet ainsi aux populations de faire des choix en  toute  connaissance  de  cause  en  matière  de  sante  sexuelle   et génésique. Elle représente  pour  les femmes et les jeunes une chance d’améliorer  leur  niveau  d’études  et  de  participer a la vie  publique,  y compris dans le cadre d’emplois rémunérés dans des organisations  non familiales.

En investissant  dans les programmes  de Planification  familiale qui vont se traduire par une transition accélérée de la fécondité, la structure de la population par âgé devient plus favorable sur le plan économique.

Cela  pourrait  permettre  au  Sénégal  de  maîtriser l’augmentation   des coûts en sante et en éducation imputable  a l’augmentation incontr61ee du nombre  d’enfants,  ce qui donnera  une opportunité  plus favorable  a l’épargne, aux investissements productifs, aux investissements dans le capital humain  et a l’accélération  de la croissance  économique,  en un mot a la capture du dividende démographique.

 Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, le Plan Sénégal Emergent, initiative de Son Excellence Monsieur Macky Sail, est appuyé par plusieurs politiques et stratégies  sectorielles dont le plan national d’actions pour Ia promotion de la planification familiale.

Permettez-moi  de lancer   un   appel  a la mobilisation de tous : Gouvernement, société civile, leaders communautaires et religieux, collectivités territoriales,  secteur prive, jeunes, femmes et partenaires au développement, pour atteindre les objectifs que nous nous oassignes   et  garantir   un  franc  succès  au  Cadre Stratégique de la Planification Familiale (CSNPF).

Mesdames et Messieurs

Je voudrais  avant de terminer, adresser mes sincères remerciements  a l’ensemble des structures qui ne cessent d’apporter leur soutien pour la réalisation de nos objectifs communs. Ces remerciements  vont également au Fond des Nations Unies pour la Population/UNFPA, pour son soutien constant et indéfectible.

Je voudrai a cet effet, rendre un vibrant hommage au Dr Babatunde Osotimehin, secrétaire général adjoint des Nations Unies et Directeur exécutif  de  I’UNFPA,  militant  infatigable  des  questions de population, défenseur  des  jeunes,  des  femmes  et des droits  humains  qui nous  a quitte le 4 juin 2017.

Permettez-moi juste avant de clore, d’honorer  sa mémoire en citant cette recommandation  forte qu’il nous a laisse : «Si nous ne parvenons pas à concrétiser nos objectifs de planification familiale) nous mettrons en péril les programmes  plus généraux   de développement.   Les   objectifs mondiaux,  adoptés  par l’Organisation des Nations unies  en septembre 2015, représentent  une vision d’un monde meilleur. Assurer l’accès a la planification  familiale  volontaire,  pour que chaque  femme ou jeune fille ait les moyens d’investir  dans son avenir, est la meilleure façon de tenir cette promesse».

En tenant cette promesse nous allons, de façon substantielle,  contribuer à développer   des   nations  fortes,  basées  sur  le  respect  des  droits humains,  capable de briser l’engrenage de la pauvreté en développant les résiliences nécessaires pour une vie saine, productive et épanouie.

Mesdames et Monsieur, chers invités,

Vous souhaitant pleins succès, je déclare ouverte la cérémonie officielle de la Journée Mondiale de la Population, édition 2017, et vous remercie de votre aimable attention.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here