A force de crier au loup et de ne jamais voir la bergerie républicaine dévastée, les partisans de Macky Sall pensaient que celui-ci avait envers eux un comportement de chien de balcon. Genre, à toujours aboyer sans jamais sauter pour les mordre, convaincus qu’ils étaient que ce dernier menaçait les contrevenants à ses directives, sans pour autant jamais passer à l’acte.

La reprise en mains est ferme et ceux qui se sont épanchés dans la presse pour ne pas avoir été choisis sur les listes, apprennent à leurs dépens que le chef ne supporte plus la mise en cause de ses décisions et de ses choix.

Le Président de l’Alliance pour la République (Apr) et de la coalition au pouvoir, Bennoo Bokk Yakaar, qui avait déjà éjecté le Directeur de la Construction au ministère de l’Urbanisme, pour cause de grognement trop bruyant vient cette fois-ci d’abattre son sabre au cœur même de la Présidence de la République.

Bilan du coup de colère déguisé en mouvement de menton : un Conseiller spécial et un Chargé de Mission. Et apparemment ce ne serait qu’un début, il aiguiserait son sabre en vue de décapiter les insolents de la Convergence des jeunesses républicaines (Cojer) qui ont l’outrecuidance de penser que les adoubements sur les listes électorales se décident dans les colonnes des journaux, subtilement suggérées par des plumitifs complices.

Thérèse Faye pourrait vite s’apercevoir que diriger un « Jardin d’Enfants » n’est pas affaire d’enfants de chœur. À preuve, la subvention allouée à la Cojer a été suspendue et que « La Case de Birama des Tout-petits » ne va pas tarder à brûler. Macky avait prévenu, de se méfier de l’eau qui dort. Le ruisseau de sa colère sourde va vite se transformer en torrent de larmes.

Boy Melakh (Actusen.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here