Lorsque l’on veut donner un rayonnement médiatique maximal à l’événement que l’on veut célébrer, on l’accompagne et c’est le cas du faux débat sur la tension de trésorerie.

Gérer un État, c’est faire des choix, c’est « prioriser » !

Nous disons encore merci à ces hauts fonctionnaires qui gèrent les Finances de l’État. Eux qui ont réussi depuis le Plan d’Ajustement Structurel à faire face aux priorités du Sénégal sans faillir.

Les caisses des États ne sont jamais vides ! Il s’agit de s’occuper des priorités et heureusement, pour exemple les salaires sont correctement payés.

Le Sénégal n’est plus en ajustement mais il est dans une dynamique d’émergence.

Lorsque l’horizon s’éclaircit, tout le monde s’agite et la période pré-électorale n’arrange pas les choses.

Les caisses ne sont jamais vides ou pleines ; la tension de trésorerie est un faux débat et le Sénégal n’est pas endetté outre mesure.

En effet, sur les 50 pays africains seuls 15 ont accès au Marché international et le Sénégal est du nombre. Mieux encore, le Sénégal est membre du cercle des 5 pays africains à risque d’endettement faible.

Le recours aux Eurobond en 2018, au taux de 4,75 %, a servi, entre autres, à racheter la dette mauvaise de 2011 (Eurobond de 500 millions à 8,75 %) du gouvernement de la 1ière Alternance des Wade.

Le Sénégal de 2018 cherche des solutions réelles aux expédients d’antan.

 Amadou Bassirou NDIAYE

Secrétaire administratif de Macky 2012

Président de Bokk Defar Senegaal

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here