Le Real Madrid remporte la Supercoupe d’Europe dans le money-time

Real Madrid's Spanish defender Sergio Ramos reacts after scoring during the UEFA Super Cup final football match between Real Madrid CF and Sevilla FC on August 9, 2016 at the Lerkendal Stadium in Trondheim. / AFP PHOTO / JONATHAN NACKSTRAND

C’était l’heure de la rentrée des classes pour le Real Madrid de Zinedine Zidane. Les Merengues affrontaient le FC Séville en Supercoupe d’Europe. Le vainqueur de l’Europa League se présentait dans un 3-6-1, cher à son nouvel entraîneur argentin : Jorge Sampaoli. De son côté, le vainqueur de la Ligue des Champions affichait son fidèle 4-3-3. Si le système du Real est classique, les hommes le sont moins. Sans Cristiano Ronaldo, Gareth Bale ou encore Toni Kroos, Zidane a fait appel aux locaux. Le revenant Alvaro Morata à la pointe de l’attaque, le jeune Marco Asensio à gauche, Lucas Vasquez à droite et Isco dans le cœur du jeu.

Sous la pluie norvégienne, les deux formations ont offert un premier acte de qualité aux spectateurs du Lerkendal Stadion. Si la possession fût à l’avantage des Sévillans, ce sont bien les Merengues qui ont ouvert le score à la 21ème minute de jeu par l’intermédiaire de Marco Asensio. Et de quelle manière ! Une frappe surpuissante dans la lucarne gauche de Sergio Rico. Le gaucher de 20 ans qui faisait ses débuts avec la tunique blanche après des prêts successifs au RCD Majorque et à l’Espanyol Barcelone a marqué des points, faisant étalage de son talent. Les hommes de Jorge Sampaoli ont égalisé juste avant la pause (41’) grâce à un beau but de France Vasquez (1-1).

Au retour des vestiaires le FC Séville s’est montré encore plus dominant. Notamment sous l’impulsion de Franco Vazquez. Galvanisé par son but le néo-andalou, a dicté le jeu des siens avec élégance. À la 71ème minute de jeu, Vitolo est tombé dans la surface de réparation adverse suite à un contact peu évident avec Sergio Ramos et l’arbitre a sifflé pénalty. C’est Konoplyanka qui s’est chargé de le transformer, 2-1. Sampaoli pense alors tenir son premier trophée avec sa nouvelle équipe, mais à la 93ème minute Sergio Ramos a surgi ! Le défenseur espagnol a égalisé dans les derniers instants du temps réglementaire et a offert les prolongations à ses coéquipiers. Lors des trois dernières finales du Real Madrid, Ramos a marqué… trois buts !
Les prolongations ne sont qu’une succession d’actions gâchées par la fatigue. Suite à un deuxième avertissement, Kolodziejczak a écopé d’un carton rouge à la 94ème minute du temps additionnel. Une action qui va coûter chère à Séville. À 10, les Andalous ont logiquement souffert et Dani Carvajal a su en profiter à la 118ème minute, suite à une chevauchée fantastique conclue d’un magnifique extérieur du droit, 3-2. Zinedine Zidane a encore gagné.

Les Français

Titulaire, Raphaël Varane a réalisé une prestation solide en défense. Karim Benzema, rentré à l’heure de jeu, s’est montré plus intéressant que son concurrent Alvaro Morata. Côté Séville, Wissam Ben Yedder est resté sur le banc. N’Zonzi a été solide dans l’entrejeu et Kolodziejczak a été bon jusqu’à son exclusion en prolongation.

Bein sports

Share Button

Laisser un commentaire