Ce n’est plus un secret pour personne. Les Taxis-clandos roulent dans la clandestinité. La preuve, SourceA qui a mené une enquête dans leurs activiés, révèle que “pour exercer dans l’illégalité, les conductuers de ces voirures déboursent la somme de 3000 francs CFA chaque mois.

Les chauffeurs de ces “ferrailles roulantes” interrogés par le canard de Castors/Bourguiba renseignent qu’ils font la queue au niveau des Services des Impôts et des Domaine. Ce, pour un cachet apposé dans leurs cartes de stationnement. Et, une fois ce sésame en possession, ils vaquent, librement, à leurs occupations.

Actusen.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here