Le rapport concernant le marché confié par la Prodac à la société Green 2000 a mis l’Inspection générale des finances au-devant de la scène.

Le ministre des Finances, Amadou Bâ, qui a sous sa tutelle cet organe de contrôle, est pointé du doigt par les proches du ministre du Tourisme, Mame Mbaye Niang.

Seulement, selon le canard de Castors/Bourguiba, autant l’argentier de l’Etat a, dans ses prérogatives, la possibilité de l’actionner, autant le ministre de l’Economie des Finances et du Plan n’est pas, le seul à pouvoir lancer l’IGF aux trousses de quelqu’un.

A en croire SourceA, celle-ci peut aussi recevoir des directives de la Primature, ainsi que de la Présidence de la République.

Cependant, force est de reconnaître qu’après tout le tintamarre et les charivaris qui entourent les contenus des différents rapports fuités dans les médias, il n’y a aucune suite judiciaire.

Les pouvoirs publics ont la facilité déconcertante, selon SourceA d’éteindre les lampes et d’aller se coucher.

Actusen.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here