Le projet de loi de finances de la gestion 2019 est en train d’être voté, au moment où ces lignes sont écrites, à l’Assemblée nationale en présence du ministre de l’Economie des Finances et du Plan.

Ce projet estimé à plus de 4000 milliards de F CFA est reparti en plusieurs postes de dépenses. Le premier concerne le service de la dette publique qui se chiffre à 863,17 milliards reparti en charge d’intérêt pour 273,2 milliards et en amortissement pour 590 milliards de F CFA.

Le deuxième poste de dépenses du budget de l’État est constitué par la masse salariale. Ainsi les dépenses de personnel inscrites au titre II sont programmées à 743,41 milliards FCFA contre 683 milliards de F CFA en 2018, soit une progression de 8,8%

Cette hausse s’explique en grande partie par l’impact budgétaire des accords conclus avec les syndicats d’enseignement et de la Santé en vue d’apaiser le climat social dans ces deux secteurs vitaux pour le développement du pays et l’option du Chef de l’Etat, d’intégrer, chaque année, dans la masse salariale, dix mille professeurs et maître contractuels.

Les dépenses de fonctionnement hors personnel s’établissent quant à elles à 896,88 milliards, contre 871,5 milliards de F CFA dans la Lfr,  soit une hausse de 2,9%.

Au total le poste des dépenses d’investissement se retrouve être le poste plus important du projet de loi de finances 2019 avec un montant de 1434,16 milliards de F CFA soit une hausse de 207,26 milliards de F CFA en valeur absolue et 16,9% en valeur relative.

Mansour SYLLA (Actusen.sn)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here