Manque de moyens matériels et humains : ces écueils qui freinent les ardeurs de la DGID

C’est parce qu’il n’y a que 250 Inspecteurs des Impôts et Domaines pour 14 millions de Sénégalais et que beaucoup parmi eux sont détachés au niveau des Ministères, que la Direction générale des Impôts et des Domaines (DGID) éprouve du mal à effectuer les contrôles, de façon irréprochable. C’est le Directeur Général Cheikh Ahmed Tidiane Ba, qui en a fait état, cette après-midi, à l’occasion du Séminaire organisé, en partenariat avec le Collectif des Journalistes Economiques du Sénégal (COJES).

A en croire M.Ba, la DGID ne dispose pas du nombre d’Inspecteurs requis pour faire un contrôle. Et de nuancer ses propos pour dire qu’il existe, tout de même, une panoplie de mesures et de structures à l’exemple du Centre de traitement des données qui sera bientôt créé, et qui permettront  de « mailler toute la population ».

Le patron de la DGID d’ajouter que « nous avons toutes les informations, pour bien fiscaliser la population ». Malheureusement, se désole-t-il, « nous n’avons pas assez de moyens ; malheureusement, notre Organisation n’est pas encore parfaite ».

Tous ces griefs font que la DGID  a été obligée d’inscrire dans le circuit,  une réforme de structure pour s’adapter. Alors, la création de ce Centre de traitement pour saisir toutes les informations permettra, en outre, de pallier la situation. Et, si les moyens suivent, la DGID sera en mesure d’effectuer tous les contrôles nécessaires et de faire appliquer les règles, selon Ch.A.T.BA.

D’ailleurs,  Mor Fall, le Chef du Bureau de la Communication de la DGID révèle qu’il sera difficile, d’ici à deux ans, d’avoir un certain nombre d’activités et être méconnues des Services des Impôts. Il fonde son argumentation sur le fait qu’avec les réformes en cours,  la DGID pourra glaner d’importantes informations provenant du Ministère de l’Economie des Finances et du Plan (MEFP),  de la Caisse de Sécurité Sociale (CSS), entre autre structures étatiques.

Sur un autre registre, le DG de la DGID,  qui s’est enorgueilli des performances de sa structure, en matière de recettes fiscales, a exprimé son désir ardent d’atteindre la fourchette des 1200 milliards F Cfa que lui et ses collaborateurs se sont fixés comme objectif à atteindre, grâce aux niches décelées un peu partout.

Aminatou AHNE (Actusen.com)

Share Button

Laisser un commentaire