Le quotidien d’informations SourceA a révélé ce matin que le candidat déclaré du Parti démocratique sénégalais (Pds) « est bien un citoyen français ». Les raisons d’une telle affirmation ne sont pas à chercher au ciel, si l’on en croit nos confrères. En février 2016, l’ancien puissant ministre du défunt régime de Wade a saisi le parquet de Paris pour une plainte contre l’Etat du Sénégal et contre X avec constitution de partie civile « pour délits et crimes perpétrés à mon encontre à l’étranger ».

Dès lors, se pose la question sur la capacité de Karim Wade à être candidat à la Présidentielle sénégalaise de 2019, si l’on sait que la Constitution du Sénégal exige de tout candidat à la Magistrature suprême de jouir « exclusivement de la nationalité sénégalaise ».

Joint par Actusen.sn pour des précisons sur le sujet, Me Assane Dioma Ndiaye reconnait que ces révélations peuvent, en effet, « prêter à ambigüité ». Selon la robe noire le caractère exclusif de la nationalité est une condition sine qua non de la candidature de tout individu. Et celle-ci doit être établie le jour du dépôt de la candidature.

Aussi, Me Ndiaye confie à votre site que si la procédure enclenchée en France n’arrive pas à terme jusqu’au dernier jour des dépôts de candidature à la Présidentielle, Karim Wade « va peut-être sacrifier cette action en justice pour pouvoir prétendre à la Magistrature suprême ».

 Cependant, Me Assane Dioma Ndiaye reconnait que le fait que Karim tient sa nationalité française de sa mère, peut constituer une circonstance atténuante.

Ndèye Aminata DIAHAM (Actusen.sn)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here