L’annonce a été faite, hier lundi, par le ministre-délégué auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan en charge du Budget, Birima Mangara. Celui-ci présidait un Atelier de validation technique de la Revue annuelle conjointe (Rac) de la politique économique et sociale. Occasion saisie par le ministre de magnifier les résultats sectoriels en 2017, qui, d’après lui, ont atteint un taux de réalisation de 90%.

Sur le plan de la santé, de l’éducation, de la protection sociale et de l’énergie, ajoute-t-il, des efforts ont été notés et une hausse du budget d’un montant de 30 milliards de F cfa alloué au Programme national des bourses de sécurité sociales.

Le ministère de l’Economie, des Finances et du Plan (Mefp) a présidé, hier lundi, à Dakar, un Atelier de validation technique du Rapport de la Revue annuelle conjointe (Rac) de la politique économique et sociale. Cette rencontre a été présidée par le ministre-délégué en charge du Budget, Birima Mangara, qui, dans son discours, est revenu sur les efforts consentis en 2017. «Des efforts considérables ont été consentis, en vue de systématiser les Revues sectorielles régionales et thématiques et j’ai noté que le peu de réalisations des Revues a atteint les 90%, contrairement aux exercices précédents», a annoncé le ministre. Selon lui, «l’année 2017 est marquée par un regain de dynamisme, qui s’est traduit par la relance des activités, ainsi que la vigueur des activités de construction et des services financiers.

Sur la situation macroéconomique, ajoute-t-il, «des efforts se sont nettement améliorés, avec un taux de croissance de Pib moyen à 6,6%, par an, depuis 2015, dans un contexte de faible inflation et de réduction significative du déficit budgétaire conjuguée à une importante mobilisation des ressources budgétaires».

«Le budget alloué au Programme national des bourses de sécurité familiale a été étendu à 30 milliards de F Cfa avec 316 941 ménages»

Le Sénégal, qui, dit Birima Mangara, a atteint un taux de 7,2% en 2017, le pousse à annoncer quelques objectifs au titre des résultats sectoriels. «Au titre des résultats sectoriels, l’agriculture sénégalaise est dans une dynamique de transformation accélérée. Relativement à l’énergie, des réalisations importantes ont été faites, en vue de répondre à la demande d’énergie des ménages et des entreprises. Dans le secteur des transports, des efforts ont été entrepris à bâtir un réseau d’échanges, de plus en plus structuré, pour amorcer un développement plus équilibré du territoire national et un désenclavement correct des zones rurales», a-t-il magnifié, en présence du ministre en charge du Plan Sénégal émergent (Pse), Cheikh Kanté.

Le domaine de la protection sociale n’est pas aussi en reste, car le ministre a annoncé une hausse d’un budget d’un montant de 30 milliards de F Cfa pour le Programme national des bourses de sécurité familiale. «Les protections sociales se sont consolidées, depuis 2017. Le budget alloué au Programme national des bourses de sécurité familiale a été étendu pour s’établir à 30 milliards. Ainsi, 316 941 ménages vulnérables ont bénéficié des cas de transferts dépassant l’objectif des 300 000 fixés», a-t-il dit.

S’agissant des finances publiques, ajoute le ministre, «les recettes fiscales se sont accrues, passant, en moyenne, de 18,6%, entre 2009-2013, à 20,2% de Pib, entre 2014 et 2017». Le Secteur de la Santé fait partie aussi des progrès mitigés de cette Revue annuelle conjointe 2018. «Le Sénégal a fait des avancées significatives dans la lutte contre les maladies, telles que le Sida et le paludisme. La mortalité infanto-juvénile a subi une hausse en 2017, compte tenu de la contre performance dans la vaccination complète des enfants de moins de 11 mois, conjuguée aux ruptures de vaccins, durant l’année, et la faible mobilisation des ressources financières», a-t-il déclaré.

Mansour SYLLA, (Stagiaire)   

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here