Pour la réalisation de 4 projets phares au Sénégal : la Banque mondiale décaisse près de 300 milliards F Cfa

L’annonce a été faite, ce jeudi 06 juillet, par le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan (Mefp), lors de la cérémonie de signature de convention de financement entre la Banque mondiale et l’Etat du Sénégal. Dans la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (Pse), la banque mondiale investit près de 300 milliards de F Cfa.

Ces accords de financement entre le Sénégal et l’Institution bancaire sont relatifs au renforcement et à l’extension du réseau électrique de l’Organisation pour la mise en valeur du Fleuve Sénégal (Omvs), à l’appui aux négociations des projets gaziers et de renforcement des capacités institutionnelles,  au projet de pilote de système de bus rapides (Brt) et au développement du Tourisme et des entreprises.

  Selon Amadou Bâ, le projet de renforcement et d’extension du réseau électrique de l’Omvs, mobilisant 60 milliards 20 millions F Cfa, “a pour objectif principal d’améliorer le commerce d’électricité entre le Sénégal, le Mali et la Mauritanie” avec la construction d’une  ligne de transmission “à double circuit reliant Kayes au Mali et Tambacounda”.

De même, la construction de cette ligne va favoriser l’intégration entre les pays de la sous-région, tout en assurant l’électrification de tous les villages situés le long du parcours”. Ce qui, ajoute le Mefp, constitue un “gage sûr du développement de l’accès à l’électricité des populations rurales et de lutte contre la pauvreté”.

Le deuxième accord, estimé à hauteur de 16 milliards 732 millions F Cfa, permet de “garantir et de préserver les intérêts du Sénégal, dans un contexte marqué par les découvertes prometteuses de pétrole et de gaz”.

Au terme des accords avec le Gouvernements du Sénégal, la Banque mondiale, au nom de la Directrice des Opérations Louise Cord, investit 45 milliards 786 millions F Cfa dans le développement du Tourisme  et des entreprises.

Ce qui permettra d’établir un environnement favorable à “l’investissement privé dans le secteur”, tout en promouvant la création de petites et moyennes entreprises  (Pme) pour ainsi améliorer leur “accès aux marchés d’exportation”.

Ndèye Aminata DIAHAM (Actusen.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here