Après le «lourd» réquisitoire du procureur de la République Me Aly Ciré Ndiaye, en début de semaine, dans le cadre du procès de l’imam Alioune Ndao et de ses co-accusés, c’est au tour des avocats de la défense de convaincre la Chambre quant à l’innocence de leurs clients. A l’heure actuelle, tous les Conseils qui sont passés au prétoire pour s’adonner à la lecture de leurs plaidoiries, ont fustigé «l’immense vide de ce dossier».

Selon Me Ousmane Thiam, Conseil de Abdou Hakim Mbacké Bao, «le dossier a été diabolisé, ces gens ont été diabolisés. C’est une sorte de vengeance de l’Etat qui par le biais de son arsenal de moyens essaie de les marginaliser. Le fait de voyager ne fait pas d’eux des terroristes». L’avocat estime que son client ne peut être condamné alors qu’aucune preuve pour l’incriminer n’est présentée par la défense. «Sur le plan pénal, on ne peut pas considérer qu’il soit coupable. Je demande son acquittement», a-t-il plaidé. A l’en croire, son client était soumis à une contrainte car, la mort lui était assurée s’il ne respectait pas les ordres qu’on lui avait donnés.

S’agissant du délit de financement du terrorisme, l’avocat de l’accusé qui avait donné des sueurs froides à toute la Chambre lors de son passage à la barre, déclare : «n’ayant pas les moyens, il ne peut pas être poursuivi pour financement du terrorisme». Et l’avocat de poursuivre : «si vous vous fiez au réquisitoire du procureur de la République, vous briser le rêve d’un enfant de grandir auprès de son père».

Maguette Ndao (Actusen.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here