A l’instar des autres départements ministériels, le ministère de l’Economie des Finances et du Plan (Mefp) a procédé, ce vendredi, à sa revue annuelle sectorielle 2018 pour rendre compte de l’avancement de la mise en œuvre de la politique économique et budgétaire.

Cette rencontre présidée par le Secrétaire général du ministère, Bassirou Samba Niasse, a pour objectif de «suivre et d’évaluer les résultats des politiques publiques suivant l’approche de la gestion axée sur les résultats (Gar)».

Cette présente session, si on en croit toujours au Sg, «va permettre de mettre en exergue les projets réalisés en 2017, en matière de gestion des finances publiques et de gouvernance économique, d’identifier les principales contraintes rencontrées dans la mise en œuvre de la politique sectorielle, d’exploiter les tendances générales pour l’année 2018 et de formuler des recommandations pertinentes à même d’améliorer l’efficacité de nos revendications».

Aussi, le Secrétaire général a rappelé certaines réalisations majeures du Mefp et qui, selon lui, vont contribuer à maintenir le pays sur la voie de l’émergence. «Le taux de croissance du Pib réel estimé à 7,2% en 2017 contre une projection initiale de 6,8%, qui a connu une hausse de 0,7 point de pourcentage par rapport à 2016 (6,5%), la poursuite de la mise en œuvre des reformes budgétaires et financières sur la période 2017-2019, la modernisation du système d’information avec la mise en place du Système intégré de Gestion de l’information financière (Sigif), les efforts notés dans la rationalisation des dépenses publiques et des ressources internes et externes, la maîtrise de la gestion de la dette publique du pays avec un profil de risque de surendettement faible…» sont entre autres réalisations dont se félicite Bassirou Samba Niasse.

Les services de Amadou Ba ne sont pas arrêtés là car ils ont réussi à «élaborer le premier rapport de suivi des progrès enregistrés dans la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (Odd), généraliser des plans stratégiques de développement et des contrats de performance au sein du département, réorganiser le ministère à l’aune de la mise en œuvre des réformes du cadre harmonisé des finances publiques et appuyer également aux ministères sectoriels et autres services de l’Etat à l’élaboration de leurs documents de planification».

Mansour SYLLA (Actusen.com)

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here