Les Agents du quotidien «le Soleil», qui espéraient voir leur situation s’améliorer suite à la nomination de Yakham Mbaye peuvent déchanter. Et pour cause, dans un communiqué parvenu à la Rédaction de Actusen.sn, l’intersyndicale de la Sspp le Soleil a déploré la manière dont le nouveau directeur gère cette entreprise de presse.

«Avec la nomination de Yakham Mbaye en décembre 2017, l’espoir avait commencé à renaître. Malheureusement sept (7) mois après son arrivée, nous constatons que rien n’est fait pour repositionner le journal. On ne sent pas une vision stratégique de sa part», a déploré l’intersyndicale le Soleil.

Poursuivant à manifester leur colère les membres de l’intersyndicale ajoutent : «l’incapacité du nouveau directeur général est manifeste. Le Soleil est, visiblement, très lourd pour lui. En lieu et place d’un projet de redressement, M. Mbaye adopte une stratégie du pourrissement. Les dossiers s’accumulent sur sa table, attendant d’être traités».

Et parmi ces conséquences, précisent ces syndicalistes, «l’entreprise est bloquée. Les fournisseurs s’inquiètent. En réalité, Yakham Mbaye ignore complètement le sens du service public de l’information. Les reportages, dossiers, enquêtes, ces genres nobles du journalisme, ne l’intéressent guère».

Selon toujours la note dont Actusen.sn détient copie, «Yakham qui, prétextant un manque de moyens, vient d’arrêter toutes les missions du Soleil à l’intérieur du pays. Concrètement, «Grand air», fort apprécié par les lecteurs du Soleil et qui permettait en même temps aux jeunes reporters de s’affirmer et de rivaliser de talents, ne parait plus».

Depuis l’arrivée de Yakham Mbaye, ajoutent les plaignants, «le Soleil a raté plusieurs rendez-vous dans les régions. Et le maintien des «Feuilles d’hivernage», une tradition au Soleil pendant les vacances qui faisait découvrir au grand public les coins et recoins du pays, est incertain. Que dire des missions extérieures ? Elles ont été systématiquement arrêtées».

L’autre situation que les journalistes du quotidien national déplorent est qu’«aujourd’hui, le Soleil ne peut même pas couvrir les événements majeurs dans la Sous-région. Le Mali, pays frère et ami, vit sa campagne électorale sans un reporter du Soleil. Une situation inédite. Où nous mènera Yakham Mbaye ? Difficile de répondre à cette question».

Les recrutements politiques ont été aussi abordés par l’intersyndicale. Ce qu’ils appellent les marchés douteux. «A cela, s’ajoutent des marchés douteux comme la réfection de son logement de fonction de près de 50 millions de francs Cfa et du parc automobile (15 millions Fde francs Cfa). Tous ces marchés ont été attribués à des proches du directeur général. Sans compter les recrutements politiques effectués et la vingtaine annoncée au moment où il crie sur tous les toits que les finances du Soleil sont totalement au rouge. Quel paradoxe !», a encore fustigé l’intersyndicale.

Cependant le Soleil qui ne veut pas retomber dans les mêmes travers  sur la crise marquée par une gestion catastrophique de l’ancienne direction générale «met en garde le directeur général et attire l’attention des autorités sur l’attitude irresponsable de Yakham Mbaye qui risque de mener le Soleil vers l’extinction».

Actsuen.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here