Leur troisième passage devant les enquêteurs de la Section Recherches de Colobane a été riche en découvertes. Lorsque Papa Samba Mboup et Clédor Sène ont été cuisinés, hier, vers les coups de 18 heures par les pandores.

Ce, dans l’affaire de l’enregistrement audio qui a défrayé la chronique, ces temps-ci, au sujet des Coalitions que le Président de la République aurait financées, au détour des Législatives du 30 juillet passé. 

Mais les enquêteurs ont failli tomber des nues, compte tenu des bombes qu’ils ont découvertes dans les téléphones de Clédor Sène, selon des confidences faites à Actusen.com.

Et de trois ! Evidemment, les face-à-face entre Pape Samba Mboup, ancien tout puissant Chef de Cabinet du Président Abdoulaye Wade et Amadou Clédor Sène, l’homme par qui le scandale est venu, commencent à prendre des allures inquiétantes.

Pour certaines personnes proches de l’enquête, l’attitude de Clédor Sène a désarçonné aussi bien Pape samba Mboup, auteur de la plainte, que les enquêteurs qui ne s’attendaient pas à cette posture de l’enregistreur. En effet, dès la première confrontation, celui investi sur la liste de la Coalition «CREDI», lors des élections législatives du 30 juillet 2017, a adopté une position radicale.

Se voyant sous le coup de l’article 332 du Code pénal, Clédor Sène assène une autre bombe ; celle-là à moult fragmentations, obligeant les enquêteurs à freiner des quatre fers et rendre compte au maître des poursuites, qui décidera de la suite à donner à cette affaire.

D’après les sources de Actusen.com, ne voulant pas, visiblement, couler seul, Clédor Sène a servi aux enquêteurs être détenteur de plusieurs enregistrements audio et vidéo, impliquant de hautes personnalités, notamment sur le financement de plusieurs listes durant les dernières Législatives et que, pour se protéger, lesdits enregistrements se trouvaient en lieu sûr. Attendant seulement un signal de sa part pour être éparpillés sur la média sphère. Chantage voilé pour se libérer des griffes des pandores de la Section de Recherches ou coup de bluff ? Allez savoir…

Les techniciens de la Plateforme cybercriminelle de la Gendarmerie retrouvent de vraies bombes sur les appareils téléphoniques de Clédor Sène

Pour en avoir le cœur net sur les déclarations de Clédor Sène, qui cherchent visiblement à jouer à se faire peur en direction des hautes autorités du pays, les enquêteurs ont réquisitionné les téléphones de Clédor Sène pour voir à qui ces enregistrements étaient destinés ; et si, comme certains l’ont avancé, l’auteur de l’enregistrement a eu des échanges avec le fils d’un célèbre opposant basé hors du pays et que ce dernier serait celui qui tire les ficelles, contre espèces sonnantes et trébuchantes.

Pour le moment, les informations recueillies par les techniciens de la Plateforme cybercriminelle de la Gendarmerie sur les appareils téléphoniques de Clédor Sène sont de vraies bombes, a appris Actusen.com. Celui-ci ira-t-il en prison ? Difficile de répondre à cette question. Mais une source proche du dossier confie à Actusen.com que la hiérarchie penche plutôt pour une gestion apaisée et ne pas ouvrir une boite de pandores dont les dégâts pourraient s’avérer incommensurables.

Pour rappel, face aux enquêteurs, Clédor Sène a reconnu être l’auteur de l’enregistrement en ajoutant que celui qui se fait passer pour victime, savait qu’il était enregistré même si au préalable, il n’avait pas son «consentement».

Refusant de reconnaître être l’auteur des propos contenus dans l’enregistrement avant de revenir à de meilleurs sentiments quand les enquêteurs ont agité la possibilité de faire expertiser les voix, Pape Samba Mboup allait se perdre dans les explications alambiquées qui commenceront à faire douter les enquêteurs.

Gaston MANSALY (Actusen.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here