Tuerie de Boffa : Ce que vous ignoriez, jusqu’ici, de l’enquête

On en sait davantage sur les circonstances du massacre de 13 personnes, samedi dernier, dans la forêt de Boffa. En effet, les confidences faites à Source A par des proches de l’enquête, au sujet des premières constations balistiques, des traces des véhicules, ainsi que de la manière dont les victimes ont été capturées, avant d’être, sommairement, exécutées font froid dans le dos.   

Ce que disent les premières constatations balistiques

Soixante-douze heures après le carnage dont sont victimes 13 individus dans la forêt de Boffa, située dans la périphérie de Ziguinchor, Source A est en mesure de révéler les premiers éléments de l’enquête. En effet, selon des confidences faites à votre journal par des proches du dossier, les premières constatations balistiques effectuées par des experts renseignent que ce sont des armes AK 47 qui ont été utilisées contre les victimes des sanguinaires du village de Boffa.

Nature des armes utilisées lors du carnage

Autre information obtenue par Source A auprès des enquêteurs : ce ne sont pas des armes de guerre qui ont servi à ôter la vie aux 13 pauvres innocents. Mais plutôt des armes semi-automatiques qui ont été utilisées par la bande de criminels. D’ailleurs, confie-t-on, encore à votre canard, si c’étaient des armes de guerre, il n’y aurait point de survivants. Or, il y a eu des rescapés.

Autre certitude : les auteurs de ce forfait ont, selon toujours les renseignements que nous avons glanés, passé la nuit sur les lieux du crime. Aussi, contrairement à une certaine imagerie populaire, les criminels n’ont pas pris leurs victimes en entier. Autrement dit, ils n’ont pas attrapé leurs proies en un seul groupe. C’est, dès le matin de bonne heure et pendant plusieurs heures, que les meurtriers ont sillonné la forêt de Boffa, à la recherche d’individus.

Les traces des véhicules provenaient de Sao Domingo

Source A a, également, appris du côté des enquêteurs, que les traces des véhicules, qui convoyaient les assaillants, provenaient des parages de Sao Domingo, en Guinée Bissau. Mais les assaillants pourraient bel et bien être des membres du Mouvement des forces démocratiques de Casamance repliés en territoire bissau-guinéenne.

Pour ceux qui ne le savent pas, l’Armée sénégalaise, très décidée à arrêter les auteurs de la tuerie de la forêt de Boffa, ont engagé, depuis samedi passé, jour du drame, une véritable course-poursuite contre ces derniers. Quelques heures plus tôt, le Président de la République, Macky Sall, très en colère en apprenant ces actes funestes et d’un autre âge, avait tenu un Conseil de sécurité. Non sans inviter, via un communiqué parvenu à notre Rédaction, les populations à ne point céder à la peur. D’autant que, poursuit le même texte, l’Etat prendrait toutes ses responsabilités, pour assurer la sécurité des personnes et de leurs biens.

Seydou BARRO

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here