“Viol” collectif de l’Île de Gorée sur les cabanons, bancs-publics, jardin de l’Esplanade du Musée : la Mairie, l’Unesco, l’Union européenne…bourreaux

Gorée, c’est une brise de mer de rêve. La localité rime avec paysage paradisiaque et panoplie de vues qui attirent et fascinent, rythmés aux sons du «djembé» (musique traditionnelle) et des interminables va-et-vient de femmes vendeuses de produits d’art. Mais attention ! A ce décor pittoresque, se cache un «malheur», qui se dessine à pas de géants et qui risque de plomber et trahir un des pans de l’histoire de Gorée. Et du…Sénégal.

En effet, le Musée historique, classé patrimoine de l’Unesco, depuis 1978, est, aujourd’hui, l’objet d’une agression inexplicable. Et, son esplanade, surtout ! Sur place, des ouvriers sont à pied d’œuvre, a constaté le reporter de Actusen.com, dépêché sur les lieux, le 21 juin dernier. Les coups de pelles, de piques, entre autres pioches, ainsi que les vacarmes de brouettes tonnent à plein régime.

Par-ci et par-là, de gros trous profonds comme des cratères laissés par une éruption volcanique de magnitude élevée, sont visibles. Distante de Dakar d’à peine 4 km de mer, Gorée change de plus en plus de visage. La Ville fait sa mue. Au point que Romano Prodi, Président de la Commission européenne (Ce), pourrait ne plus reconnaître la «Place de l’Europe», baptisée en 1998 par le Président Abdou Diouf, et qu’il a visitée en 2003.

Des confidences recueillies sur place, il ressort qu’en collaboration avec la Mairie de Gorée, l’Union européenne a décidé de daller le site, en plus d’un jardin, avec bancs publics et buvettes.

En bordure de mer, de l’autre côte en direction de Dakar, ce sont des cabanons qui sont prévus. Ici, les travaux sont, d’ailleurs, bien avancés. Les palettes de dalles déjà sur place, attendent. Mais si ces travaux n’agréent pas les défenseurs des Sites historiques, notamment du patrimoine mondial classé, il faut constater, pour le relever, qu’aussi invraisemblable que cela puisse paraître, Actusen.com a appris que c’est l’Union européenne qui veut marquer, de son empreinte, sa présence sur cette île.

L’Unesco au parfum du “viol” du Site, s’emmure dans un silence assourdissant

Autre confidence faite à votre Site : l’Unesco, chargée de veiller à la préservation des Patrimoines classés, est au courant de l’agression perpétrée sur le Site. Mais préfère, dit-on, faire le mort, pardon la morte. Actusen.com a appris que des chercheurs et autres archéologues, qui n’en reviennent toujours pas, ont beau contester et dénoncer le viol dont est l’objet le Musée historique.

«Car ce Musée, symbole emblématique de la mémoire de la traite atlantique, n’est pas à vendre. Le lieu doit rester tel quel. Tout chantier pouvant changer le visage du site, est contraire à l’esprit du musée», dénoncent les habitants de l’île rencontrés par Actusen.com. Mais nul n’a voulu les écouter. Après un appel d’offres, une entreprise locale, en l’occurrence Jean Lefèvre, a gagné le marché, a-t-on indiqué à votre serviteur.

Peut-être, parce que tout ce qu’il dira pourra être retenu contre lui, le jour…Me Augustin Senghor, “wanted” préfère garder le silence ; 

Pour avoir le cœur net sur les travaux entrepris sur le Site, la Rédaction de Actusen.com court, depuis le 21 juin 2017, derrière le maire Augustin Senghor. En dépit des nombreuses tentatives de le joindre par téléphone, ainsi que les Sms à lui envoyés, le maire de Gorée est resté sourd aux sollicitations de votre journal en ligne. Il a légitimement le droit de garder le silence, car tout ce qu’il dira, pourra être retenu contre lui, le jour du…

Refusant de lui lâcher les basques, votre Site s’est finalement rabattu, ce vendredi, sur son Chargé de la Communication. Qui a rétorqué à la Rédaction de Actusen.com que le maire Augustin Senghor, par ailleurs Président de la Fédération sénégalaise de football était en Assemblée générale.

Là, Actusen.com finit par interpeller le Directeur de Cabinet de l’édile de l’Île. Mais c’est peine perdue. Dans la mesure où il a, comme s’il s’était passé le mot avec le Chargé de Communication de Me Augustin Senghor, balancé à la figure de votre serviteur qu’il serait surréaliste que ce dernier puisse avoir des minutes à nous accorder. Au motif que, laisse-t-il entendre, le maire est de plain-pied dans les élections.

Le Ministère de la Culture dit avoir participé à des travaux de protection du littoral, mais ignore l’érection des projets de la colère

Du côté du Ministère de la Culture et de la Communication, on explique que l’Etat du Sénégal a, en collaboration avec l’Union européenne, initié des travaux de protection du littoral. Lesquels travaux portent les empreintes de l’entreprise Effage. Quant au financement de ces travaux, il a été permis grâce aux fonds fiduciaires, dont une bonne partie a été injectée par le Japon, souffle-t-on au niveau des Services du ministre Mbagnick Ndiaye.

Quid des travaux entamés sur l’Esplanade du Musée historique ? Là, le Ministère dit ignorer l’érection d’un quelconque autre projet qui sorte du cadre de la protection du littoral.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here