ACTUSEN
A LA UNENewsPolitique

18ème anniversaire de l’Appel du 16 juin : rien sur la mutilation dont Niasse et Cie ont fait l’objet, lors des investitures

Ceux qui s’attendaient à un énième coup de gueule de l’Alliance des forces du progrès peuvent déchanter. Loin s’en faut !

En effet, après que le Comité électoral de l’Afp a engueulé Macky Sall, Président de « Benno Bokk Yakaar », coupable d’avoir payé en monnaie de singe son allié Moustapha Niasse, dans le cadre des investitures sur les listes électorales, les progressistes ont préféré centrer leur déclaration du 18ème anniversaire de l’Appel du 16 juin sur le contenu, la portée et l’actualité dudit Appel.

« Rivée à la morale, l’AFP en a fait son viatique, en prenant  les décisions salutaires pour notre pays. C’est ainsi qu’elle a été au cœur des deux alternances du Sénégal indépendant, en veillant à ce que l’intérêt général soit et reste la boussole des pouvoirs publics.

Avec pour seul et unique objectif la satisfaction des préoccupations des Sénégalaises et des Sénégalais », ont estimé Moustapha Niasse et Cie, dans une déclaration parvenue à la Rédaction de Actusen.com. Et dont voici l’intégralité :

                                                        DECLARATION

16 juin 1999 – 16 juin 2017 ; 18 ans se sont déjà écoulés depuis le mémorable Appel du Président Moustapha Niasse, Secrétaire général de l’Alliance des Forces de Progrès. Acte fondateur,  qui a inspiré 18 ans de combat, au service du Sénégal et de l’intérêt général.

Aujourd’hui, il convient de revenir sur le contenu, la portée et l’actualité de l’Appel du 16 juin 1999, qui a changé le cours de l’histoire de notre pays.

Monsieur Moustapha Niasse s’était d’abord évertué à procéder à un diagnostic sans complaisance de la situation du Sénégal, en un moment où les maux, les dérives et les nuages s’accumulaient, suscitant interrogations, inquiétudes et angoisse.

En explorant un présent douloureux, Moustapha Niasse ouvrait des pistes pour des perspectives d’avenir et des solutions, en convoquant le socle de l’éthique et des valeurs, qui constituent les fondements de la Nation sénégalaise. Aucun secteur stratégique du pays ne fut épargné par la loupe critique du patriote indigné, qui décida de faire face, quoi qu’il lui en coûtât.

C’est ainsi que le discours embrassa l’institutionnel, l’économie et le social, en dénonçant la mal gouvernance  et les choix douteux de politiques publiques inopérantes, dont les conséquences étaient désastreuses, aussi bien dans la planification stratégique que dans des domaines aussi divers que le secteur agricole, la santé, l’éducation, la formation, la culture et l’emploi.

La portée retentissante de l’Appel du 16 juin 1999 s’explique par sa capacité historique à répondre aux attentes des populations sénégalaises, à la croisée des chemins. Pour l’AFP, cette date n’est pas seulement un repère dans le processus de sa création, mais elle participe de son identité. Dans l’impossibilité de changer de pays, Moustapha Niasse prôna le Gouverner autrement, pour changer le pays. 

Voilà des orientations dont les composantes impérissables constituent encore un besoin et une attente, raison pour laquelle l’actualité de l’Appel du 16 juin 1999 est indiscutable.

Rivée à la morale, l’AFP en a fait son viatique, en prenant  les décisions salutaires pour notre pays. C’est ainsi qu’elle a été au cœur des deux alternances du Sénégal indépendant, en veillant à ce que l’intérêt général soit et reste la boussole des pouvoirs publics. Avec pour seul et unique objectif la satisfaction des préoccupations des Sénégalaises et des Sénégalais.

Par ailleurs, l’Appel du 16 juin 1999 constitue pour l’AFP un outil de résilience,  dont l’utilité a été mise en relief chaque fois que le parti a fait l’objet d’agressions de la part de lobbies et de groupes organisés, ce qui laisse affleurer une ligne claire de démarcation, qui met en évidence la cohérence de ses orientations et de ses décisions. C’est ainsi que l’AFP ne s’est jamais accommodée de réflexes  hégémoniques, en porte à faux avec le cours  irréversible de l’Histoire. Elle demeure un parti responsable, qui pèse.

C’est la raison pour laquelle elle soupèse ses décisions, en ayant à l’esprit les conséquences sur les intérêts stratégiques de notre pays.

Vive le Sénégal debout !

Related posts

Gallo Ba : «le recrutement des médecins-Internes dans la Fonction publique n’est pas automatique mais…»

Actusen

Covid-19 : le patient sénégalais du coronavirus venu d’Espagne savait qu’il était malade

Actusen

Amadou Bâ aux femmes de « Benno bokk yakaar » des Parcelles Assainies : «je suis difficilement influençable»

Leave a Comment