Gestion du foncier au Sénégal : vers la création d’une Fédération nationale des victimes

L’Etat doit régler définitivement la gestion foncière du Sénégal. Il doit aussi respecter ses engagements pris vis-à-vis des victimes. Telles sont entre autres les recommandations de Guy Marius Sagna. L’Activiste membre du Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP / France Dégage) s’exprimait à l’occasion de la conférence de presse commune avec le Collectif des victimes des immeubles des ex-lionnes et celui des victimes de démolition de Tivaouane Peulh.

Guy Marius Sagna et Cie ont annoncé, au cours de cette rencontre, la mise en place prochaine d’une Fédération nationale des victimes du foncier au Sénégal. Ce, dans ce but de remettre les terres à leurs propriétaires. Ils annoncent également la tenue, le 22 novembre prochain, d’une marche pour la bonne gestion foncière.

Profitant de l’occasion, le Collectif des victimes de démolition de Tivaouane Peulh a réclamé la réaffectation des 20 ha sur l’assiette de la Sipres et  le paiement des impenses 20 hectares à l’Etat.

Pour sa part, le Collectif des victimes des immeubles des ex-lionnes, Sokhna Marème Mbacké, la porte-parole du jour a été catégorique. Selon elle, les habitants de ces locaux sont en train de remplir leur part du contrat. Car, dit-elle, en ce moment, ils sont  en plein déménagement.

En effet, la pression foncière est de plus en plus forte au Sénégal. C’est la raison pour laquelle, lors, de sa dernière rencontre avec les Maires et Présidents de Conseils départementaux, Macky Sall, avait avoué que la question qui fâche c’est la question foncière. Car, dit-il il s’agit d’une question difficile qui est, aujourd’hui, le principal facteur d’instabilité au niveau national.

Kiné THIANE, stagiaire (Actusen.sn)

Laisser un commentaire