News

JO de Rio: Daech projetait un attentat contre les sportifs français

Le grand public n’aurait jamais dû le savoir: l’État islamique projetait un attentat contre la délégation française aux jeux olympiques de Rio, qui se dérouleront du 5 au 21 août. Cette information, qui devait rester confidentielle, émane du directeur du renseignement militaire (DRM).

 

Interrogé par les députés le 26 mai dernier, le général Christophe Gomart a évoqué ce projet d’attentat devant la commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015 en France alors qu’il donnait des exemples concrets de la participation de son service à la lutte contre le terrorisme.

Son audition a été retranscrite dans un compte rendu publié mardi sur le site de l’Assemblée mais, le général avait donné pour consigne d’expurger du documentaire une partie de ses réponses, et plus précisément le passage révélant les projets meurtriers de Daech à Rio. Sauf qu’une partie de l’échange a été malencontreusement laissée dans le texte, comme l’a repéré le quotidien Libération.

C’est une question posée par le député LR George Fenech, président de cette commission d’enquête, qui dévoile, sans détour, la menace qui pesait sur les sportifs français: «Je n’avais pas entendu parler de ce ressortissant brésilien qui s’apprêtait à commettre des attentats contre la délégation française aux Jeux olympiques. Comment pouvez-vous le savoir?», demande l’élu au général Christophe Gomart. Réponse du militaire: «Par nos partenaires». C’est-à-dire avec les états qui collaborent avec la France en matière de lutte contre le terrorisme.

 

«Nous assumons une coresponsabilité avec le général»

Le compte rendu n’en dit pas plus. La question suivante posée par George Fenech est sans rapport direct avec cette menace terroriste. Signe que cette information, sortie un peu de nulle part, n’aurait jamais dû y figurer.

Face aux parlementaires, le général Gomart a plus longuement évoqué ce projet d’attentat. En revanche, il ne serait pas rentré dans les détails concernant l’éventuelle arrestation de cet individu, ni sur sa localisation exacte, écrit Libération.

Joint par Le Figaro, le président de la commission George Fenech a reconnu une erreur commise à la fois par le secrétariat de sa commission et par le directeur du renseignement militaire.

«On avait soumis cette audition au général Gomart qui nous avait demandé d’enlever le passage concernant cette affaire, ce que nous avons fait. Mais il a oublié de nous indiquer cette question et cette réponse, qui arrivaient bien après dans l’audition», explique le député LR. Du côté du secrétariat de la commission, «ça nous a échappé», admet-il. «Nous assumons cette coresponsabilité dans cet oubli, avec le général».

Une menace terroriste «très forte»

Le député PS et rapporteur Sébastien Pietrasanta a pour sa part expliqué que chaque personne auditionnée relisait le compte rendu.

«Le général a laissé ce qu’il souhaitait et enlevé ce qu’il voulait enlever. C’est un choix que la commission respecte systématiquement. Et le général n’a pas enlevé cette question», a indiqué au Figaro le député socialiste, rappelant que «la menace contre notre territoire national, mais aussi contre les intérêts français à l’étranger, était très forte».

Ce projet d’attentat devait rester confidentiel pour des raisons sécuritaires. «Les Jeux olympiques n’ont même pas encore eu lieu. Il s’agissait de ne pas créer un vent de panique parmi les sportifs français et ne pas polluer leur entraînement.

Malheureusement, le mal est fait. Mais je fais entièrement confiance à nos forces de sécurité» pour encadrer l’événement sur place. Selon Libération, le Brésil a prévu de mettre en place un «centre antiterroriste» comprenant des experts américains, britanniques, espagnols et français.

Actusen.com avec lefigaro.fr

 

Dans la même rubrique...

Affaire du sextape des Maristes : le procès des mineurs renvoyé au vendredi 12 juin

Actusen

Covid-19 : la région de Diourbel décompte 15 nouveaux cas

Actusen

Nécrologie : Moise Ambroise Gomis rappelé à Dieu

Actusen

Laissez un commentaire