Le Borussia Mönchengladbach, première sensation de la Bundesliga

Emmené par un trio offensif virevoltant et un entraîneur bien inspiré, le Borussia Mönchengladbach mène la danse en Bundesliga, avant d’entamer de grosses difficultés au calendrier.

La Bundesliga est l’anti-Ligue 1. Quand le PSG, le grand favori, caracole déjà en tête en possédant une belle marge sur ses rivaux annoncés, le championnat allemand compte 7 équipes séparées par 2 petits points et voit l’étonnant Borussia Mönchengladbach mener la danse, devant le Bayern Munich, le Borussia Dortmund et le RB Leipzig, les trois ténors. Après 7 journées, ce n’est pas si anodin, même si l’homogénéité de la Bundesliga version 2019-2020 concerne aussi d’autres équipes, telles que Wolfsbourg (actuel 2e), Fribourg ou encore le Bayer Leverkusen.

Le Borussia Mönchengladbach vient d’enchaîner 4 succès consécutifs en championnat, ce qui les a conduit sur le fauteuil du leader pour la première fois depuis 35 ans. À chaque fois, il a pu compter sur son point fort, à savoir une attaque menée par le duo français Alassane Pléa-Marcus Thuram, soutenu par le Suisse Breel Embolo. C’est l’une des trouvailles de Marco Rose, entraîneur intronisé lors de l’intersaison en provenance du RB Salzbourg. Une vieille connaissance des Marseillais puisqu’il était sur le banc lors de la fameuse saison 2017-2018 où l’OM avait mis fin au brillant parcours du club autrichien en Ligue Europa. Marco Rose a donc récupéré Breel Embolo, en difficulté à Schalke 04, qui avait tout de même déboursé 22 M€ pour le recruter à Bâle, et en a fait un milieu offensif axial. Avec réussite.

« Après avoir viré Dieter Hecking, l’idée était d’aller de l’avant, de proposer un jeu offensif, alors ils ont pris Marco Rose. Il est passé du 4-3-3 a 4-4-2 losange. Son style, c’est un pressing permanent et un jeu de transition rapide, de la même manière que ce qu’il avait instauré à Salzbourg », nous explique Georg Kreul, journaliste pour le site Fussball Transfers. Toutes compétitions confondues, les Poulains ont inscrit 17 buts (en 10 rencontres). Le trio Pléa-Thuram-Embolo est impliqué sur 16 d’entre eux (but ou passe décisive). Et si Embolo se révèle en soutien des deux attaquants, Alassane Pléa confirme. Avec 4 buts et 5 passes décisives au compteur, l’ancien Niçois est devenu le patron du secteur offensif et l’un des meilleurs joueurs de l’équipe.

Décompression en Ligue Europa

L’autre trouvaille de Rose (qui a amené dans ses bagages le latéral droit Stefan Lainer, auteur d’un excellent début de saison), c’est Laszlo Benes, milieu slovaque de 22 ans. « Il était prêté la saison passée au club de Kiel, en deuxième division, et personne ne l’attendait cette saison. Si Zakaria est le maillon essentiel du milieu, Benes lui vole même la vedette, car il joue un rôle plus offensif », explique Georg Kreul. Articulé dans un 4-3-1-2 la plupart du temps (et sinon dans un 4-2-3-1 plus classique), le Borussia impose un pressing soutenu et cherche à faire immédiatement mal à son adversaire. Quand cela fonctionne, cela donne le 5-1 face à Augsbourg, avec 3 buts en 13 minutes.

Mais parfois, cela ne marche pas du tout. C’est le cas en Ligue Europa, où le Borussia, tombé dans un groupe plutôt relevé, s’est effondré à domicile face à l’adversaire le plus abordable, Wolfsberger (0-4) et a obtenu un nul heureux sur la pelouse d’Istanbul Basaksehir (1-1). Et le prochain adversaire dans cette compétition n’incite guère à l’optimisme puisqu’il s’agit de l’AS Roma. Les fans allemands pourront se dire que Marco Rose a souvent bien réussi, avec Salzbourg, face aux clubs italiens. Il faudra faire un exploit pour rester en vie dans cette compétition, tout en abordant deux déplacements compliqués après la trêve internationale, à Dortmund d’abord puis à Leverkusen, avec la réception de l’Eintracht Francfort. Un premier passage couperet pour ce Borussia Mönchengladbach new-look.

Footmercato

Share Button

Laisser un commentaire