L’Economiste Milasoa Cherel-Robson, sur la Zone De Libre Echange Continentale Africaine : «Elle est un puissant instrument pour mieux s’impliquer dans le nouvel ordre économique mondial»

Avec une part dans le commerce international de moins de 5%, l’Afrique doit redoubler d’efforts, pour s’impliquer davantage dans le nouvel ordre économique mondial. Ceci pourrait être possible, avec la ratification de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (Zleca). C’est ce que Madame Milasoa Chérel-Robson, Economiste à la Conférence des Nations-Unies pour le commerce et le développement (Cnuced), tente de prouver dans cet entretien qu’elle a accordé à Actusen.com. Originaire de Madagascar, Mme Chérel-Robson a été Cheffe par intérim du Bureau régional de la Cnuced en Afrique, basé à Addis Abeba durant les derniers mois de négociations de l’Accord d’établissement de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca). Dans ce cadre, elle a coordonné les contributions techniques de l’organisation onusienne auprès de la Commission de l’Union africaine et des pays membres sur divers volets de l’Accord qui a été signé le 21 mars dernier.  La Cnuced, menée par son Secrétaire général, Mukhisa Kituyi, est un des deux principaux partenaires stratégiques de l’Union africaine sur le processus de la Zleca. Titulaire d’un Doctorat en Economie de l’Université de Sussex en Grande Bretagne, Milasoa Chérel-Robson fait, aussi, partie de l’équipe en charge du Rapport sur le Développement économique de l’Afrique de la Cnuced. L’édition 2018 du Rapport porte sur les dimensions économique et commerciale de la migration africaine. Elle sera, à Dakar, le 31 mai prochain pour le lancement de ce Rapport.

Actusen.com: Pouvez-vous revenir sur l’importance et la pertinence de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zleca), officiellement, signée en mars dernier à Kigali ?

Mme Chérel-Robson : La Zleca est une avancée très importante dans notre histoire collective. La cérémonie de signature, qui s’est tenue, le 21 mars 2018, à Kigali, constitue une étape de plus dans le processus d’intégration continentale de l’Afrique. La Zleca devrait générer une unification des marchés et une meilleure coordination et harmonisation des mesures de politique commerciale des pays africains, ainsi que des communautés économiques régionales. Mais pour que cela se produise, il faudra, en premier lieu, un processus de ratification rapide, la finalisation  du programme de travail restant et la mise en œuvre des engagements de libéralisation dans les délais convenus. In fine, l’objectif est de créer une zone de libre-échange panafricaine, dans laquelle les biens et services peuvent circuler, librement, et sans restrictions, créant un marché unique de 55 États africains, comprenant plus de 1,26 milliard de personnes, au départ, et représentant 2,14 milliards de dollars de revenus au total.

Actusen.com : Qui en seront les principaux bénéficiaires ?

Mme Chérel-Robson : A terme, la Zleca vise à faire bénéficier tous les pays d’Afrique. Le processus menant à la signature de l’accord a été inclusif et rigoureux. Des années de planification, d’établissement de document de vision et de négociations de l’Accord par tous les Etats membres de l’Union africaine ont produit un texte, qui tient compte des diversités dans le stade de développement des pays africains. La Zleca marque l’opérationnalisation du rêve de longue date de l’intégration économique du Continent, comme exprimé dans les textes d’établissement de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) ou encore le Plan d’action pour le développement économique de l’Afrique, aussi, appelé le Lagos Action Plan, ainsi que le traité d’Abuja de l’OUA de 1991, instituant la Communauté économique africaine. Plus récemment, la décision du Sommet des l’Union africaine de 2012 d’établir une zone de libre-échange continentale à une date indicative de 2017 et la définition de l’Agenda 2063 pour L’Afrique, que nous voulons, ont donné un signal fort pour la continuité de cette histoire.

Actusen.com : Quel impact un tel accord aura-t-il sur l’économie africaine ?

Mme Chérel-Robson : Les estimations de la Cnuced montrent qu’une libéralisation totale des tarifs au sein de la Zleca pourrait générer des avantages considérables pour les pays du Continent, notamment une augmentation de 33% des exportations intra-africaines, une hausse de 1% du Produit intérieur brut (Pib) du Continent, avec des variantes, allant d’une hausse de plus de 3% dans certains pays à une baisse durant la phase d’ajustement dans d’autres. La Zleca, c’est aussi un potentiel d’une hausse de 1,2%  d’augmentation de l’emploi total et une réduction de 50% du déficit commercial de l’Afrique. De plus, elle pourrait entraîner une coopération et des améliorations accrues, en matière de coopération douanière, et de facilitation des échanges. Mais cela implique, entre autres mesures accompagnatrices, de traiter la suppression des obstacles non tarifaires et renforcer la coopération, en matière de réglementation sur les normes de produits obligatoires, à savoir les mesures sanitaires et phytosanitaires. Enfin et surtout, le volet commercial de la Zleca, tel que reflété dans son intitulé, ne devrait pas faire oublier que l’objectif final est le développement et la promotion des chaînes de valeurs régionales et continentales, la diversification et l’industrialisation en Afrique. Ces objectifs sont très, clairement, mentionnés dans l’Accord.

Actusen.com : Etes-vous optimiste pour une ratification de la Zleca, si l’on sait que tous les pays africains n’y ont pas encore adhéré ?

Mme Chérel-Robson : L’accord a été signé par 44 (parmi les 55) États membres de l’Union africaine, en mars dernier. La Commission de l’Union africaine œuvre, pour que les retardataires adoptent l’Accord, dans les prochains mois. Les pays non signataires avancent des raisons variées, notamment des différences dans les exigences constitutionnelles à adopter pour ce type de processus, comme c’est le cas en Afrique du Sud, où, encore, des exigences sont exprimées par le secteur privé en matière de consultations.  A priori, ces exceptions ne devraient pas affecter le processus de ratification, quoi que celui-ci soit spécifique à chaque pays. Sur les 44 pays qui ont signé, il y aura, sans doute, des variantes, concernant les processus adoptés pour l’adhésion des parties prenantes nationales. Le Rwanda, le Kenya et le Ghana, quant à eux, ont, déjà, fait adopter le texte par leurs Parlements. Donc, vous voyez que la dynamique est en marche.

Actusen.com : Est-ce que sa ratification profitera, réellement, aux Africains ?

Mme Chérel-Robson : Il faut y croire. L’Accord entre en vigueur, au sein des pays signataires, à partir de la 22e signature. Comme je l’ai mentionné, tantôt, le texte tient, aussi, compte des diversités, en matière de stades de développement. Le texte  d’établissement de la Zleca prévoit une période de transition de 5 à 10 ans pour les Pays les Moins Avancés (PMA). Pendant cette période de transition, la quasi-totalité des produits figurant sur les listes tarifaires devraient être libéralisés, 90% de toutes les lignes tarifaires, faisant l’objet de réductions. Les 10% restantes sont réservées, pour diverses raisons, notamment, les pertes de recettes fiscales, dans deux catégories de produits, à savoir : les produits sensibles pouvant être libéralisés sur 10 ans pour les non-PMA et 13 ans pour les PMA ; les produits sur la liste d’exclusion (de la libéralisation) dont la liste peut être révisée, après cinq ans de négociations. L’existence de ces listes atteste de l’attention particulière, qui a été donnée à la souveraineté des Etats.

Actusen.com : Un rapport de la Fondation Ebert évoque des conséquences néfastes que la Zleca  pourrait avoir sur la création d’emplois, compromettre les stratégies de survie et renforcerait la discrimination liée au travail au détriment des commerçants frontaliers. Qu’en pensez-vous ?

Mme Chérel-Robson : Il est normal qu’une initiative d’une telle envergure génère des craintes et des appréhensions, quant à leur impact sur le niveau de vie des populations. Répondre à ces préoccupations nécessite une stratégie de communication appropriée, auprès de toutes les parties prenantes et qui s’appuierait sur des études spécifiques aux pays examinés.  Je voudrais, par contre, souligner que les risques d’effets négatifs sont plutôt associés à une mise en œuvre limitée de l’Accord. Ainsi, par exemple, si la liste des produits sensibles et exclus sont nécessaires, pour répondre à certaines préoccupations nationales, concernant les effets délétères possibles des réductions tarifaires, de telles exonérations peuvent compromettre les avantages liés à la Zleca. Les estimations de la Cnuced indiquent que des exemptions de 5 à 10% des lignes tarifaires pourraient, effectivement, générer une exemption de fait de la quasi-totalité des échanges, entre pays africains, et réduire, de moitié, au moins, les avantages globaux attendus. Il faut, également, noter les risques, qui pourraient se matérialiser, si des États membres, économiquement plus importants, devaient exempter des secteurs, qui présentent un potentiel d’exportation pour les PMA, les pays enclavés et les petits États insulaires. Les listes de produits sensibles et exemptés devraient, donc, être, soigneusement, évaluées par les pays, et négociées, de manière à établir un équilibre approprié sur l’ampleur de la libéralisation du commerce intra-africain.

Actusen.com : La Zleca ne pourrait-elle pas constituer une menace pour les pays riches, membres de l’OMC ?

Mme Chérel-Robson : La Zleca est un espace de libération et une zone de création ouverte à tous. Elle n’élimine pas les accords déjà signés par les pays partenaires. Elle est basée sur des principes établis de libéralisation du commerce, notamment la préservation des acquis, la considération des Communautés économiques régionales comme Blocs constitutifs, la géométrie variable, la flexibilité et le traitement spécial et différencié, la libéralisation substantielle et le traitement de la Nation la plus favorisée (Npf). Il faut noter que ces principes étaient sous-tendus par un point majeur, soulevé dans les négociations, à savoir que la portée et la libéralisation du commerce entre les pays africains devraient être meilleures que la concession, dans le cadre des accords commerciaux entre eux et avec les pays tiers. Vous savez, en matière de commerce international, l’Afrique a toujours eu son propre tempo. Au début des années 60, déjà, quand les Etats membres de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (Gatt) étaient en train de s’afférer à des réductions conséquentes de tarifs douaniers, la plupart des pays africains étaient occupés par les questions de décolonisation et mettaient en place l’Organisation pour l’Unité africaine (OUA). A plusieurs égards, on peut affirmer que le nouvel ordre économique mondial s’est formé avec peu d’implications du Continent africain. Aujourd’hui, la Zleca lui donne l’occasion de rectifier le tir. Elle avance sur une logique de prise en main de la destinée collective du Continent. Ce faisant, elle le fait, avec un esprit d’ouverture. Car une grande zone non-tarifaire, comme la Zleca devrait rendre le Continent plus attrayant pour les investissements directs étrangers et ce, aussi bien pour les méga projets, que pour les petites et moyennes entreprises. La Zleca devrait, aussi, constituer une arme de taille, pour d’autres champs de bataille, notamment la transformation des matières premières sur le Continent, le développement industriel des pays africains et la conquête des marchés mondiaux. N’oublions pas que la part de l’Afrique, dans le commerce international, reste faible et ne dépasse pas les 3%.

Aminatou AHNE  (Envoyée spéciale Actusen.com à Genève)

 

Share Button

Laisser un commentaire