News Politique UNE

Amadou Bâ : “ce n’est pas de la politique. Je suis très gêné, quand on rappelle ce que j’ai fait pour les mosquées. D’ailleurs, c’est pourquoi je n’en parle pas”

A ce rythme, on finira par lui coller un médecin, avant la fin de la campagne pour les Législatives du 30 juillet. Et pour cause, après une séance de travail (matinée) avec la Banque Africaine de développement (Bad) pour une signature de protocole d’accord de prêt portant sur 120 milliards pour la réalisation du projet Train Express Régional (Ter), Amadou a prié à la mosquée des Hlm Grand-Médine. Son lieu de vote, depuis 1990.

Après la prière, il s’est entretenu avec l’imam et les fidèles musulmans présents sur les lieux. Si les uns et les autres ont salué (ses) actions en faveur de la maison de Dieu, lui, Amadou Bâ se veut très modeste. “Je suis très gêné, quand on rappelle ce que j’ai fait pour les mosquées.

D’ailleurs, dit-il, c’est pourquoi je n’en parle pas”. “Si je l’ai fait, c’est parce que c’est un devoir”, poursuit le responsable politique de l’Alliance pour la République. A l’en croire, tous ses engagements en faveur des sites religieux ne sont pas “calculés”.

Amadou Bâ : “ce n’est pas de la politique. Je suis très gêné, quand on rappelle ce que j’ai fait pour les mosquées. D’ailleurs, c’est pourquoi je n’en parle pas”

En revanche, dit Amadou Ba, “si c’est le Président de la République qui a un projet qu’il veuille faire passer par moi, il n’a pas d’autre choix que de s’y investir corps et âme” (le cas du programme de réhabilitation de salles de classes aux Parcelles Assainies). Tout le contraire de ce qui est avancé sur les travaux qu’il a engagés aux Parcelles Assainies.

Rythme effréné…

Aussitôt après la Mosquée des Hlm Grand-Médine vers 15 heures, le convoi se dirige vers son siège social : “la Résidence des Parcellois”. Le temps d’une petite pause pour se mettre quelques chose sous la dent puis, à nouveau, les Hlm Grand-Médine, fief du Ministre d’Etat, Mbaye Ndiaye et du député Alioune Badara Diouf, dit Badou.

Pour un meeting dans la soirée, vers 16 heures. Ici, les enseignants, qui n’ont pas manqué de lui faire part des difficultés de l’école, évoquent la lancinante question des abris provisoires.

Amadou est sans équivoque. Par ailleurs, Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, la tête de liste départementale à Dakar de la Coalition “Benno bokk yaaar” (Bby) annonce : “d’ici à 2019, il n’y aura plus d’abris provisoires au Sénégal”. Pour lui, le Chef de l’Etat, Macky Sall, a pris toutes les mesures idoines pour faire face à ce problème.

Mais le périple de cette journée du vendredi ne faisait que commencer. Avec Mbaye Ndiaye, Dr Malick Diop, Zahra Iyane Thiam et les autres membres de la délégation, la cohorte de voitures prend la direction de la Place de la Nation (ex-Obélisue). Ici, c’est l’Union des Associations Soniké du Sénégal, qui attendait.

La visite de proximité tourne au meeting. Des centaines et des centaines de personnes ont fait le déplacement. Sous les tentes dressées, l’hôte du jour était la vedette. A son arrivée, c’était l’extase. La foule surexcitée, danse et scande les refrains : A…madou Bâ; A…madou Bâ, A…madou Bâ et quoi d’autre encore.

La consigne de vote des Soniké pour Amadou Bâ

Sous la direction du Maire de Orkadiéré, dans le Fouta, Kalidou Wagué, ils ont donné carte blanche à Amadou Bâ et à “BBY”. “Nous ne faisions pas de politique. Nous ne nous intéressions pas à la gestion de la cité. Nous ne cherchions pas à avoir de belles villas ou voyager.

Mais tout ceci est derrière nous, aujourd’hui,puisque que nous avons compris que nous faisons partie de la société et du pays”, a déclaré une dame, chargée de porter la parole du jour. Comme le Maire Kalidou Wagué, tout ce beau monde regroupé au sein de l’Union des Associations Soniké, est derrière le candidat Amadou Bâ. Ils l’ont fait savoir à qui voulait l’entendre.

Quand il quitta la Place de la Nation, l’horloge affichait presque 22 heures. Et tout le monde croyait que c’était la dernière étape. Et que le programme qui prévoyait une visite aux artisans de Soubédioune, allait être charcutée. Que nenni ! Amadou était beaucoup plus endurant que certains ne le croyaient.

Le signal donné, direction cette partie de la capitale. Le cortège est en branle. On commence  à somnoler dans les véhicules. Dans le bus des journalistes, les débats se font rares. On commence à coucher les derniers articles. Mais ce n’est pas encore la fin de la journée. Arrivé sur les lieux en même temps que les autres membres de sa délégation, tous sont comme dans un autre monde. Loin de cossus bureaux aux parfums exotiques qu’ils hument à longueur de journée, c’est à l’odeur de la mer et du poisson “torturé et pourri” au bord de la plage qu’ils font face.

200 millions pour Soumbédioune et 72 milliards aux artisans du Sénégal

Descendu de son véhicule, Amadou Ba fonce à l’intérieur. Où l’attendaient le président de l’Union nationale des Chambres de Métiers du Sénégal, Maguette Mbow et une forte délégation. Il était, maintenant, presque 23 heures. Mais le jeu en valait la chandelle pour le responsable politique APR. En dépit des discours-fleuves, lui, Amadou Bâ écoutait attentivement les complaintes des artisans. Et le rôle joué par le régie de Macky Sall en leur faveur depuis bientôt, 6 ans.

En effet, ce village artisanal, créé en 1971, n’a pas connu de travaux de réhabilitation malgré le fait qu’il se situe au bord de la mer. Et que les effets de l’eau ont fini par dégrader certains pans des bâtisses sur place. Mais ceci est, désormais, placé dans les tiroirs décatis de l’oubli. Puisque le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, a annoncé une une enveloppe de 200 millions F Cfa pour les travaux de réhabilitation.

Mieux, dira Amadou Bâ, dans le budget prochain, 72 milliards sont prévus pour les artisans du Sénégal. Et ce budget, si le ciel ne nous tombe pas dessus, sera voté à par l’Assemblée nationale, au plus tard, le 15 octobre prochain. En effet, cette enveloppe sera destinée à 120 Corps de métiers s’activant dans le milieu informel. Le secteur le plus dynamique de l’économie du Sénégal. Après cette étape de Soumbédioune, le périple prit fin, tout comme la nuit menace de le faire. Enfin !

Gaston MANSALY (Actusen.com)

Dans la même rubrique...

30mn au marché : le prix du poisson au marché Tilène

Actusen

Ce que Diomaye a dit à Mabouba : ”Ken santouko mou politique…”

Actusen

Mame Makhtar Gueye : ”Ousmane Sonko nous a déçu, l’homosexualité n’est pas…”

Actusen

Laissez un commentaire