ACTUSEN
A LA UNENewsSociété

48 heures de grève, rétention d’informations : la F2s remet son mot d’ordre pour obtenir la satisfaction de ses revendications

Après 72 heures de grève, la Fédération des syndicats de la santé, (F2s) ne compte pas bouger d’un iota. La preuve, Face à la presse, ce jeudi pour étudier l’état d’avancement des négociations, Cheikh Seck et Cie ont décidé de corser leur plan d’action. A ce titre, ils ont décrété une grève de 48 heures (lundi 3 et 4 octobre 2022) avec seulement la prise en charge des urgences. Aucun service minimum ne sera assuré. «Nous continuons encore de réclamer la généralisation de l’indemnité de logement à tous les agents de la santé et de l’action sociale ainsi qu’au personnel des collectivités territoriales cela n’est pas négociable», déclare Cheikh Seck

Entre autres réclamations, la Fédération exige le règlement de la situation du personnel communautaire avec l’octroi d’un statut, la fin de la contractualisation au niveau du ministère de la santé au profit d’une intégration dans la fonction publique ou fonction publique locale, l’ouverture du concours d’entrée à l’Endss pour les 15 sections, la subvention pour la prise en charge futur des indemnités au sein des Eps, l’augmentation de la subvention des hôpitaux et la définition de critères d’allocations budgétaires pour la loi des finances 2022-2023, l’application du statut du personnel, le remboursement intégral des créances liées à l’agence pour la Cmu (plus de 20 Milliards) accords du 10 mai.

«L’audit global du personnel de la santé et de l’action sociale et des éclairages sur les contrats signés à gauche et à droite au profit de leurs parents qui parfois n’ont aucune qualification. La publication des enquêtes sur les cliniques et les écoles de formations privées. On se pose encore des questions pour savoir sur quelle base les agents se sont octroyés une indemnité de 300 000 Fcfa alors qu’ils bloquent l’octroi d’indemnité de logement aux agents de santé», s’interroge la Fédération.

Puis elle ajoute : «le ministère devrait nous édifier sur la situation des prestataires dans les hôpitaux et trouver des solutions humaines et durables pour la stabilité des hôpitaux. Recadrer et revoir la mission des conseils d’administration des hôpitaux et des organes consultatifs comme la Cme ou le Cte. Non à la vente d’un seul mètre carré de l’hôpital le Dantec. Nous attendons beaucoup de rupture dans le management et la gestion des ressources humaines du ministère pour plus d’équité de justice et surtout de compétences. Pour revenir sur les accords nous exigeons sa généralisation dans tous les départements ou services utilisant du personnel socio sanitaire comme les universités, les cliniques privées, les collectivités locales ou territoriales».

«Nous sommes convaincus que si l’Etat ne trouve pas de solutions par rapport à nos revendications un plan d’action beaucoup plus corsé sera appliqué. On n’exclut pas d’aller vers une grève illimitée», concluent Cheikh Seck et Cie.

Actusen.sn 

Related posts

Escroquerie : un sénégalais établi en France grugé de 24 millions F Cfa par un imam qui risque 1 an d’emprisonnement

Actusen

Chômage, pauvreté défaillance du système éducatif : la banlieue dakaroise en mode radicalisation

8 mars : le Port autonome de Dakar célèbre la femme portuaire

Actusen

Leave a Comment