A LA UNE News Politique

Ablaye Ndiaye, responsable de Rewmi a Derklé sur le protocole de Rebeuss : “Cette question est une demande sociale, nous voulons que cela soit tiré au clair”

Ablaye Ndiaye, est l’un des rares responsables de Rewmi, a jurer, encore fidélité, à Idrissa Seck. Une loyauté qui le rend nerveux lorsqu’on accuse son leader  d’avoir détourné des milliards qui auraient abouti au protocole de Rebeuss.

Dans un entretien accordé à Actusen, cet artiste comédien, qui demeure convaincu de l’innocence de l’ancien  Premier ministre, souhaite que l’opinion publique soit définitivement édifiée sur ce protocole de Rebeuss. “Cette question est une demande sociale, nous voulons que cela soit tiré au clair”, déclare le responsable de Rewmi à Derklé.

Entretien.

Actusen.com: Votre leader, Idrissa  Seck a déclaré qu’il y a un deal international qui a permis la libération de Karim. Cette sortie a suscité de vives réactions jusque dans des foyers religieux. Comment expliquez-vous cette controverse ?

Ablaye Ndiaye: D’abord, je me demande si certains ne veulent pas  la vérité. Même si nous étions avec Macky Sall et qu’il agisse ainsi, on aurait réagi de la même manière. On ne peut pas comprendre qu’un problème interne puisse être géré par un pays étranger. Comment un procureur de la République de Qatar puisse intervenir dans une affaire interne, que que le régisseur de la prison de Rebeuss puisse amener Karim Wade jusqu’au domicile de Madické Niang avant qu’il ne rejoigne un jet privé qui l’attendait à l’aéroport ?

Actusen.com: Le Président Macky Sall a parlé de raisons humanitaires pour libérer Karim. Etes-vous convaincu ?

A. Ndiaye: Non, je ne suis pas convaincu. Le Président Macky Sall ignore le statut de Président de la République.

Actusen.com: Comment?

A. Ndiaye: Parce que le Président de la République est le gardien de la Constitution. Donc, il ne peut pas agir sans le consentement des Sénégalais. Même si la Constitution lui donne le droit de grâce, il doit le faire avec le consentement des Sénégalais.

Actusen.com: La pression des marabouts a, apparemment, joué dans cette affaire

A. Ndiaye: Les marabouts occupent une très grande place dans notre pays. Ce sont des gens que nous respectons et en qui nous croyons. C’est pourquoi, quand ils nous demandent quelque chose, nous ne pouvons pas le leur refuser. Rappelez-vous lorsqu’en 2007, Idrissa Seck est allé répondre à Abdoulaye Wade, beaucoup l’ont critiqué. Mais puisque la demande émanait de Serigne Mansour et de Serigne Saliou, il ne pouvait pas refuser.

Alors que Macky Sall, lui, a utilisé la ruse avec les marabouts. C’est après avoir discuté de la libération de Karim Wade avec d’autres qu’il est allé voir les marabouts pour leur dire : je suis disposé à gracier Karim puisque que la justice a fini de faire son travail. Ce qui est loin de la réalité.

Actusen.com: Est-ce que votre réaction ne traduit pas une certaine peur envers Karim Wade qui pourrait être candidat à la prochaine présidentielle ?

A. Ndiaye: Est-ce que le peuple sénégalais connait ce que c’est un Président de la République ? Cette fonction  exige une certaine éthique et morale. Karim Wade a été jugé et condamné par la justice. Donc, sa  grâce n’enlève pas sa condamnation. La Constitution dit que lorsque vous êtes condamné plus de 5 ans, tu ne peux pas être candidat. Le moment venu, on verra si Karim Wade sera candidat.

Actusen.com: Idrissa Seck avait boycotté le dialogue national auquel avait appelé le Président de la République. Est-ce que cela ne va pas l’isoler ?

A. Ndiaye: Ça ne peut pas l’isoler d’autant plus que tous ceux qui ont été là bas ont compris que ce dialogue était initié pour la libération de Karim Wade. Il faut reconnaitre qu’à chaque fois qu’Idrissa parle, les gens le critiquent avant de lui donner raison. Quand on a la chance d’occuper certaines fonctions, il faut accepter les critiques des autres. Personne n’est parfait.

Actusen.com:La présence de certains leaders membres de  “Gor ca wax dia” au dialogue national a installé un malaise au sein de cette coalition. Idrissa Seck a remis en cause la loyauté de certains. Va-t-on vers une implosion de l’opposition?

A. Ndiaye: Idrissa n’a pas critiqué la coalition. Il dit qu’il ne veut pas que les gens viennent dans cette coalition  sans conviction, ni éthique, ni morale. Il ne veut pas de taupes de Macky Sall. C’est ce qu’il refuse. Idrissa a toujours prôné la vérité. Actuellement, qu’est ce qu’on reproche à Idrissa ?

Actusen.com: Par exemple, d’avoir détourné 74 milliards qui auraient abouti au protocole de Rebeuss

A. Ndiaye: Je vais d’abord répondre sur le protocole de Rebeuss. Une fois, j’ai été invité dans une radio, le journaliste disait que Me Nafissatou Diop représentait Rewmi, Me Seye, le l’Etat, qu’est ce qui les empêche de sortir le papier. A l’époque, Macky Sall, était Premier ministre,

Actusen.com: Le journal Libération a, pourtant, publié en facsimilé le protocole

A. Ndiaye: Le journal a sorti un document. Si ce document est authentique, il n’a qu’à le déposer à la gendarmerie.

Actusen.com: Mais, ce n’est pas au journaliste de déposer le document à la gendarmerie…

A. Ndiaye: (Il nous coupe la parole). Attendez ! Cette question est une demande sociale. Nous voulons que cela soit tiré au clair. Si ce papier qu’ils (les gens du régime) détiennent est une preuve supplémentaire, ils n’ont qu’à le déposer ça à la gendarmerie.

Abdoulaye Wade avait dit qu’Idrissa a détourné l’argent des sénégalais. Il dit qu’il lui a donné 7 milliards, il lui a redonné 7 milliards. Cela fait 14 milliards. Les 60 milliards restants appartiennent à qui ? Au peuple. Qu’est ce qui empêche au Peuple de réclamer son argent à Abdoulaye Wade?

Sur les chantiers de Thiès, Abdoulaye Wade a dit qu’Idrissa Seck a mangé 47 milliards. On l’a enfermé pendant 7 mois. Il (Wade) est revenu sur sa décision pour dire devant la télé qu’il n’a rien pris. Vous n’avez jamais vu les sénégalais réclamer leur argent à Abdoulaye Wade. Le Président de la République est le gardien de la Constitution. C’est lui garde notre fortune. Or, cette fortune a été détournée par quelqu’un. Qu’est-ce qui empêche ce quelqu’un d’être enfermé pour qu’il restitue cet argent ?

Actusen.com: Pourquoi Idrissa Seck, lui-même, ne porterait-il pas plainte, pour laver son honneur ?

A. Ndiaye: Non. Si le procureur faisait son travail, le Président de la République faisait son travail, tout le monde faisait son  travail, on n’en arriverait pas là. Si Idrissa était seulement intéressé par l’argent, il allait rester dans le camp présidentiel. C’est lui qui a osé dire non à Abdoulaye Wade, avec tous les avantages qui étaient mis à sa disposition.

Souvenez vous, qu’au lendemain de la présidentielle de 2007, Abdoulaye Wade avait brandi une feuille qu’aurait signé Idrissa. Idy lui avait demandé de le publier. Me Nafissatou, qui travaille, maintenant avec eux, avait déclaré qu’on avait imité sa signature. Il n’a qu’à se prononcer. Il ne se prononcera jamais.

Propos recueillis par Daouda Gbaya (Actusen.com)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la même rubrique...

Après avoir pris en charge les cas contacts du coronavirus : les responsables des hôtels attendent toujours d’être payés  

Actusen

Viol sur une malade du coronavirus au Cte de Novotel : l’agent de la Croix-Rouge sous mandat de dépôt

Actusen

Yarakh : 2 bouchers qui vendaient de la viande de cheval arrêtés par la gendarmerie

Actusen

Laissez un commentaire