Contribution

Allègement des mesures de restriction : Et si Mamadou TALLA avait raison

Les langues se sont déliées suite à la décision du Président de la République de reporter la reprise des cours initialement prévue le mardi 2 juin dernier.

Moins de quarante-huit heures après le coup d’essai du ministre de l’Education nationale de re-ouvrir les portes de l’école, Dakar et quelques grandes villes étaient à feu pour demander la levée de l’état d’urgence et du couvre-feu.

L’analyse de la situation a amené l’Etat du Sénégal à desserrer l’étau. Désormais, les bus et autres véhicules de transports en commun peuvent circuler librement. Certainement de Agnam à Dakar, de Gaya à Bandjikaki dans le Bignona, les voyageurs seront entassés dans des voitures en masques – peut-être – on verra bien.

Difficile de croire que les conditions de voyage que nous réserve les cars Ndiaga Ndiaye ne seront pas pires que celles observées lors des départs au Rond-point Liberté 5 des amis de Sawrou SENE et de Abdou FATY.

Au marché de Diaobé, au Louma de Mbirkilane, dans les grandes surfaces, dans les bureaux, des rassemblements seront observés. Inévitablement ?

Est-ce que Mamadou Talla ne pourrait pas réunir à nouveau sa famille dans des salles de classe aérées avec son plan de 20 élèves (là où le bus de Balla réunit 45 passagers de Dahra à Dakar) par salle avec un dispositif de distanciation physique conformément au protocole ?

Est-ce que Mamadou Talla n’aura pas raison de réunir une petite partie de ses mômes – qui jouent matin et soir au foot-ball dans les rues des quartiers populeux de Daagou-Daanou ?

Est-ce que Mamadou Talla et son cher Sénégal Ndiaye ne gagneraient-ils pas à réunir des élèves et leurs enseignants dans des lieux oh si adéquats pour corser le combat contre notre désormais VOISIN – pardon – notre ennemi commun ?

 N’est-ce pas là une si belle occasion pour armer les élèves, quand on connaît bien leur force de frappe contre les plus insouciants et les plus étourdis, même si c’est papa ou maman.

En principe, Mamadou Talla devrait avoir le quitus d’accueillir les élèves des classes d’examen.

Et il pourrait réussir le pari avec tout le matériel déployé pour le respect des mesures barrières par le ministère de l’Education, par les collectivités territoriales, par les nombreux partenaires de l’école ; avec la forte mobilisation des autorités administrative ; avec l’engagement sans mesures des Parents d’élèves, bref avec une synergie d’action déjà prouvée sur l’étendue du territoire national.

Logique pour logique, Mamadou Talla n’avait pas tort.  Son vœu ardent d’un retour à l’école garde toute sa pertinence. La hantise de cette pandémie ne doit pas du tout ralentir notre  volonté à continuer de vivre.

Le Président de la République et le corps médical l’ont bien compris en nous invitant à « vivre avec la maladie ». Evidemment dans le respect strict des mesures barrières.

Et mon confrère n’a pas tort en disant que « rien ne prouve que nos cousins enseignants et élèves ivoiriens, camerounais et béninois qui sont déjà dans les classes ne sont pas des malades de la Covid19 » ?

« It’s seems always difficult until it’s be done » NELSON MANDELA

Massamba THIANE

Journaliste – Producteur

Tél. +221776509015

Dans la même rubrique...

LA FRANCE ET NOUS… RECHERCHE PATRIOTES DESESPEREMENT

Actusen

Protégez notre couche d’ozone ! (Par Lass Badiane)

Actusen

Ousmane Sonko, vous avez une mémoire trop courte ! (Par Bougane Guèye Dany)

Actusen

Laissez un commentaire