News Politique

Assemblée nationale : adopté sans débat, Hélène Tine qualifie le HCCT de «réfectoire» pour caser une clientèle politique qui n’a pas encore été servie

C’est Abdoulaye Daouda Diallo (A2D) qui va s’estimer heureux. Mardi, le projet de loi organique N°18/2016 modifiant le Code électoral et relatif à l’élection des Hauts Conseillers, a été adopté sans débat par une Assemblée nationale «aphone». Face aux rigueurs du ramadan, le Ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, n’a pas eu besoin de ronger sa gorge comme à l’accoutumée, pour se faire entendre.

«Le Hcct est une création nouvelle c’est pourquoi on ne pouvait pas prévoir un Code électoral. C’est nous sommes en train prévoir beaucoup de révision sur le Code électoral mais ce point n’en faisait pas partie. Raison pour laquelle dit-il, les députés l’ont adopté à l’unanimité», a balancé à la presse A2D au pied de l’Hémicycle.

Mais la députée Hélène Tine, qu’à cela ne tienne. «Le Haut Conseil des collectivités territoriales est un réfectoire pour caser une clientèle politique qui a fini d’astiquer ses chaussures et attend avec impatience, sa part du gâteau», commente-t-elle avant de poursuivre avec mépris.

«Le projet dans le contexte actuel, n’est pas approprié même s’il a été endossé (comme le dit Sidiki Kaba) par le peuple dans les 15 points du référendum. Il y a d’autres priorités comme l’éducation, la santé, les inondations  auxquelles nous devons nous attaquer. Voter une quatrième institution avec 150 membres et un budget qu’on ne maîtrise pas, je considère que les priorités du peuple sont au-dessus de cette institution qui pour moi, un sénat bis qui va jouer un rôle qui pouvait être dévolu au Cese» a-t-elle déploré.

Actusen.com 

Dans la même rubrique...

Affaire Pape Alé Niang : la Cap donne des nouvelles du journaliste et menace d’intensifier la combat pour sa libération et

Actusen

Election présidentielle de 2024 : le ministre de l’Intérieur annonce la révision exceptionnelle des listes électorales en 2023

Actusen

Affaire Didier Badji et Fulbert Sambou : «les gens ont peur en Casamance que ça soit un ciblage de certains agents» (député Bakary Diedhiou)

Actusen

Laissez un commentaire