Actualité News

Assemblée nationale : Diouf Sarr invite Ousmane Sonko à revoir ses indicateurs en ce qui concerne le nombre nécessaire de sages-femmes et d’infirmiers

Connu pour donner des chiffres à chaque intervention, Ousmane Sonko n’a pas dérogé à ce principe. Prenant la parole devant le ministre de la santé hier à l’Assemblée nationale, il a fait savoir que «nous avons un médecin généraliste pour 59 000 habitants  là où les normes est de 1 pour 10 000. Une sage-femme pour 10 000 habitants là  où les normes sont à 1sur 6000. Nous avons un infirmier pour 11000 là où les normes sont à 1 pour 3000. Nous sommes donc très loin des normes. On a un hôpital  pour 470 000 habitants là où les normes sont à 2 pour 150 000».

En outre, le leader de Pastef a ajouté que «ceux qui me préoccupe le plus est qu’il n’y a pas de fond consacré à la santé. Les dépenses pour la santé sont à 1,47% du Pib du Sénégal comparé aux Usa, à la France où on est à 17%, 11%, encore que ces pays ont un système sanitaire très performant. Nous estimons que les 191 milliards alloués à la santé sont très insuffisants par rapport aux besoins des Sénégalais. La santé est à la 7e place sur le budget. C’est des chiffres qui parlent et non des slogans».

Seulement, le ministre de la santé et de l’action sociale ne partage pas les chiffres avancés par Ousmane Sonko. D’ailleurs, il invite le leader de Pastef/Les Patriotes à revoir ses indicateurs surtout en ce qui concerne le nombre nécessaire de sages-femmes et d’infirmiers. «La normale c’est une sage-femme pour 300 habitants et un infirmier pour 3000 habitants», a indiqué Abdoulaye Diouf Sarr lors du vote du budget de son ministère.

Actusen.sn

Dans la même rubrique...

Système sanitaire : Diouf Sarr préconise une meilleure implication des collectivités territoriales

Actusen

Aéroport Léopold Sédar Senghor : le Cheanacs dénonce le dépeçage de 557parcelles par des pontes de la République

Actusen

La raison d’État

Actusen

Laissez un commentaire