News Politique

Assemblée nationale : tout ce que vous ne saviez pas sur la cadette de la 14 ème législature, Sokhna Ba

La benjamine de l’Assemblée nationale a déjà marqué l’Hémicycle, dernièrement. Son nom : Sokhna Ba, 32 ans, militante du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur), élue députée sous la bannière de ‘’Yewwi Askan Wi’’ (YAW) alors que rien ne la prédisposait à cet avenir. «Auparavant, j’avais même postulé pour la liste départementale parce que je suis du département de Dakar. J’ai été investie dans un premier temps, mais avec l’inter-coalition Yaw-Wallu, j’ai été retirée parce qu’il fallait céder de la place aux autres», informe-t-elle.

Alors que c’était à elle que revenait le rôle de prononcer les noms des parlementaires, un à un, pour élire le nouveau bureau de l’Assemblée nationale, Sokhna Ba ne s’est pas laissée aller. Même devant les postures de Farba Ngom, Abdoulaye Diouf Sarr et Dr Malick Diop qui voulaient voter pour leurs homologues absents, sans procuration. Elle les a tout simplement stoppés net, avec courtoisie, en leur disant de lui accorder le temps de vérifier les actes de procuration de vote. Pourtant, Sokhna Ba est la cadette de cette auguste Assemblée, qui réunit «des jeunes loups» et de « vieux renards ».

Née dans la commune de Kaolack en 1990, cette femme est entrée en politique en 2017 et membre du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) dont elle est la responsable des jeunes. Sokhna Ba fera donc partie des députés qui vont superviser l’installation du nouveau Bureau de l’Assemblée nationale de la 14ème Législature. Cette passionnée de politique et militante des causes revendiquées par les jeunes, élue sous la bannière de Yewwi askan wi, compte mener à bien la mission qui lui a été confiée et mesure les nouvelles responsabilités qui pèsent sur elle.

«J’avais postulé pour la liste départementale de Dakar. Finalement, j’étais à la 16ème position sur la liste des suppléants et la liste a été arrêtée au nombre de 17 candidats. Donc par chance, j’ai pu passer pour être députée»

C’est dire que la chance a vraiment souri à l’honorable députée Sokhna Ba alors que rien ne prédisait qu’elle serait élue députée pour cette 14ème Législature. «Auparavant, j’avais même postulé pour la liste départementale parce que je suis du département de Dakar. J’ai été investie dans un premier temps, mais avec l’inter-coalition Yaw-Wallu, j’ai été retirée parce qu’il fallait céder de la place aux autres. Dans le choix, notre Parti avait désigné quelqu’un d’autre, même s’il me gardait pour la liste nationale. Je faisais donc partie des quatre jeunes qui ont été retenus. Le responsable national de la jeunesse du Pur a été investi sur la liste des titulaires, moi, j’ai été investie en tant que responsable de la jeunesse féminine sur la liste des suppléants. C’est comme ça que j’ai été élue députée.

«J’ai été investie dans un premier temps, mais avec l’inter-coalition Yaw-Wallu, j’ai été retirée parce qu’il fallait céder de la place aux autres»

J’étais à la 16ème position sur la liste des suppléants et la liste a été arrêtée au nombre de 17 candidats. Donc par chance, j’ai pu passer pour être députée à l’Assemblée nationale pour cette 14ème Législature», se souvient fièrement Sokhna Ba.

A la question de savoir si elle s’attendait à être, un jour, députée, sa réponse est affirmative. «Ah, oui ! Parce que si vous suivez mon parcours, vous verrez que je me suis toujours battue pour une représentativité des jeunes dans les instances électives. Je me suis toujours battue pour dire que puisque dans les Partis politiques, ce sont les jeunes qui s’engagent quand il s’agit de faire l’animation, quand il s’agit de redynamiser ou de faire fonctionner les Partis. Pour cela, quand il s’agit de postes de responsabilités, dans les normes, les jeunes doivent être impliqués», dira-t-elle, sans détours.

Aujourd’hui plus que jamais, Sokhna Ba est consciente que porter l’écharpe d’un élu est une lourde responsabilité. «On essayera de représenter le Peuple qui nous a élus. Nous sommes partis sous la bannière de Yewwi mais nous ferons tout pour défendre l’intérêt des populations, apporter des solutions et être à leur écoute», promet la benjamine du Parlement.

Elle a une Licence en Sciences politiques, une Maîtrise en Théories et Pratiques des Relations internationales et suivi une formation en Journalisme et communication

De teint noir, silhouette élancée, cette femme, âgée aujourd’hui de 32 ans, a fait son cursus scolaire à Kaolack, où elle obtient le Cfee, réussit au concours d’entrée en sixième et décroche le baccalauréat en Série L2. Elle quittera ainsi Kaolack pour l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) où elle sera orientée à la Faculté des Sciences juridiques et politiques. Mme Ba y fera la première année de Droit, mais, pour la deuxième année, cette passionnée de politique avait décidé de poursuivre ses études en Sciences politiques jusqu’à l’obtention de la Licence. Réorientée, par la suite, en Relations internationales, elle obtient le Master 2 en théories et pratiques des relations internationales.

Ambitieuse et passionnée du savoir, elle s’inscrit en Communication-journalisme à Ensup/Afrique, formation qu’elle alliait avec sa formation universitaire. Elle a aussi suivi d’autres formations, en leadership jeune, en leadership politique comme la formation de la Fondation Friedrich Ebert, la formation de Yali Dakar, option public management. Non seulement elle était toujours engagée dans la politique, mais aussi Sokhna Ba voulait s’armer de sciences, consciente que rien ne se donne en politique, tout se gagne et se mérite.

D’ailleurs, la jeune militante du Pur a participé au Program for young politicians in Africa (Pypa), qui regroupait des jeunes de la sous-région Ouest-africaine. Ce Réseau, qui œuvre dans le sens d’une représentativité des jeunes dans les instances politiques, a un avant-projet de loi portant quota de 30% dans les instances électives. Ce qui pourrait constituer un chantier, en vue de l’élaboration d’une proposition de loi, pour celle qui est la vice-coordonnatrice.

‘’Dans sa famille, Sokhna Ba, formée au sein du Mouvement Moustarchidine, est la première à s’engager en politique’’

Dans sa famille, Sokhna Ba est la première à s’engager en politique. Ayant été formée au sein du mouvement Moustarchidine, aujourd’hui, elle gravit les échelons et occupe le poste de présidente de la jeunesse féminine du Pur. Dans son parcours professionnel, elle a eu à travailler comme assistante de direction, ensuite comme commerciale, mais aussi comme administratrice de site. Aujourd’hui, elle officie comme assistante administrative à l’Institut supérieur de management (Ism).

Si physiquement, elle n’a pas assez de force pour se confronter à ses autres adversaires, comme le font les Guy Marius Sagna, Barthélémy Dias, Ahmed Aidara et autres, pour les ‘’causes justes’’, Sokhna Ba est bouillonnante d’idées pour s’aventurer dans n’importe quel sujet, prendre des positions et les défendre. Car, après tout, comme le dit le proverbe africain : «même un peu de sel donne du goût.»

Amadou DIA

Dans la même rubrique...

Axe Dahra-Mbeuleukhé : deux femmes qui se rendaient à un baptême périssent dans un accident ; les blessés admis aux urgences 

Actusen

Comportement à l’Assemblée nationale, Diouf Sarr sermonne ses collègues députés «ce pays ne nous appartient pas et nous devons penser aux générations futures»

Actusen

Pour avoir soustrait des produits dans un magasin Auchan : Fatou Thiaw prend 2 mois ferme

Actusen

Laissez un commentaire