Billet

Censure de la parole

Décidément, Sa Majesté ne badine pas avec ceux qui jouent avec sa quiétude. Et les mendiants ne nous démentiront pas ; eux qui croupissent en prison. Pour avoir haussé la voix dans la rue pour obtenir une pitance.

Nafi Ngom Keita, n’en parlons pas. Elle est gommée, depuis hier de la Présidence de l’Ofnac. Pour l’avoir claquée et crié au voleur dans son Rapport !

Ousmane Sonko, Inspecteur des Impôts et Domaines, est, lui aussi, à l’abattoir. Son tort : avoir dénoncé des députés qui ne paient pas l’impôt et un gré-à-gré de 150 milliards F Cfa.

Alors, autant dire que silence, l’heure est à la censure de la parole par le “Lion qui dort”. Et qu’il faille se taire ou accepter l’exil comme Karim Wade.

Actusen.com

Dans la même rubrique...

Le fusible Diouf Sarr

Actusen

On n’aimerait pas être à la place des 7 sept sages

Actusen

Le mauvais procès de Sonko à la Société civile

Actusen

Laissez un commentaire