International News

Covid-19 : le G20 prolonge de 6 mois le moratoire sur la dette des pays pauvres

Les 20 pays les plus riches du monde (G20) ont décidé, mercredi, lors d’une réunion virtuelle, de prolonger de six mois (jusqu’au 30 juin prochain) le moratoire sur le service de la dette des pays les plus pauvres durement affectés par la pandémie de Covid-19.

«Nous avons convenu de prolonger l’Initiative de suspension du service de la dette de six mois», a déclaré le ministre saoudien des Finances, Mohammed al-Jadaan, au cours d’une  conférence de presse tenue à l’issue de la réunion. L’Arabie saoudite préside actuellement le G20.

Dans un communiqué, le groupe G20, souhaitant « soutenir » la lutte contre la pandémie, se dit prêt à prolonger une deuxième fois le moratoire jusqu’à fin 2021, à l’occasion d’une réunion du Fonds monétaire international (Fmi) et de la Banque mondiale qui aura lieu au printemps prochain. Il évoque aussi des possibles « traitements de la dette au-delà de la suspension du service de la dette (…) au cas par cas ».

Qu’à cela ne tienne, certaines Ong ont jugé le pas posé ce mercredi d’insuffisant. « Le G20 a fait un pas important aujourd’hui, mais il n’est pas allé assez loin», a estimé la directrice de la campagne ONE en France, Najat Vallaud-Belkacem.

Pour cette ancienne ministre française, il faut agir vite et conséquemment dans les mois à venir, au risque de voir les pays pauvres continuer à rembourser à leurs créanciers plusieurs dizaines de milliards de dollars ; des sommes importantes qui pourraient, d’après elle, être investies pour les populations.

Dans le même sens, Jaime Atienza, d’Oxfam a souligné qu’« avec le chaos économique causé par Covid-19 qui menace de faire reculer la lutte contre la pauvreté de plusieurs décennies, la prolongation de la suspension du service de la dette était le strict minimum que pouvait faire le G20 ». Selon lui, « le fait de ne pas annuler les paiements de la dette ne fera que retarder le tsunami de la dette qui engloutira de nombreux pays parmi les plus pauvres du monde».

Les ministres des Finances du G20 s’étaient accordés sur une suspension temporaire du service de la dette des pays les plus pauvres en avril dernier. A ce jour, le moratoire a déjà permis à 46 pays (pour la plupart africains) sur 73 éligibles de suspendre un montant global de remboursement estimé à 5 milliards de dollars.

FinancialAfrik

Dans la même rubrique...

Vol de voiture : Baboye tombe dans les filets de la police de Touba

Actusen

Couverture maladie universelle : la Section Sames de l’Agence dénonce les mesures dilatoires du Dg

Actusen

Journée nationale de la décentralisation : l’Aned dénonce sa mise à l’écart

Actusen

Laissez un commentaire