A LA UNE News Société

Disparition mystérieuse de Fulbert Sambou et Didier Badji : la communauté des îles Bliss du Kassa sert à l’Etat une demande d’explication

La disparition mystérieuse des deux officiers, Fulbert Sambou et Didier Badji, laisse perplexe les ressortissants des îles Bliss Kassa dans la commune de Kafountine. En marge d’une conférence de presse, ce jeudi, la communauté des îles Bliss du Kassa a posé toutes les questions qui taraudent les esprits autour de ce fait. Saluant «l’auto saisi du procureur à travers son communiqué», Alex Nicodème Tabar, qui a porté leur parole, dira : «Cependant, la communauté des îles Bliss du KASSA (Diaspora, Sénégal) demande solennellement à l’Etat du Sénégal de les édifier sur le sort de leurs frères et de tout faire pour que ces dignes fils du KASSA les reviennent Sains et Saufs».

Et d’ajouter : «Parce qu’ils subissent en nous et dans la tête de la plupart des sénégalais un certain nombre de questionnements légitimes jusqu’à là non élucidés ». D’après Alex Nicodème Tabar ces questions tournent autour : «Comment est-il possible que nos frères disparaissent dans une zone de Dakar censée être la mieux sécurisée sans laisser de traces ? Comment deux soldats en service dans deux corps aussi stratégiques peuvent disparaître volontairement depuis six jours sans être appréhendés par nos forces de l’ordre pourtant reconnues très efficaces en la matière ? Comment une houle peut emporter en même temps des insulaires sans emporter leurs effets ? A qui profite les fausses informations distillées à longueur de journée et à quelle fin ?».

A les en croire, «aujourd’hui toute cette communauté, à l’instar de tout le pays, est meurtrie par cette catastrophe inédite qui vient de s’abattre sur deux des leurs». D’après les proches des victimes « nos frères Didier Badji Adjudant-Chef de la Gendarmerie et Fulbert Sergent de l’Armée sont nés dans une communauté d’insulaires aux valeurs sempiternelles et sont tous des initiés Diolas ayant franchi toutes les étapes de l’initiation Diola basé sur la sacralité et connaissance secrète transmise qui sous-tendent les institutions Diolas que l’on garde durant toute sa vie et que l’on ne partage que pendant les rites initiatiques instaurées à cet effet».

Actusen.sn

Dans la même rubrique...

Polémique sur le Ter, Abdou Karim Fofana clôt le débat : «le Sénégal est propriétaire entièrement et exclusivement du Ter»

Actusen

Incendie à Touba : des cantines consumées au marchés Ocass

Actusen

Ziarra annuelle de la famille omarienne : Aida Mbodj salue le message de paix du khalife

Actusen

Laissez un commentaire