Contribution

Et Dakar emprunta les marches d’un échangeur vers …l’émergence !

Le Conseil des Ministres décentralisé de Dakar vient de connaître son clap de fin, du moins, pour cette saison de promesses enclenchée,  depuis plus de  trois(3 ) bonnes années, par le régime issu de la deuxième alternance politique au Sénégal. Durant plus de cinq(5) jours, le Président de la République, Macky Sall, accompagné de son équipe de choc, a visité les quatre départements de la région de Dakar. Partout, il a promis monts et merveilles comme il a eu à le faire, respectivement,  dans les autres contrées du pays.

Dans la grande banlieue dakaroise, (Pikine et Guédiawaye) réputée être «zones à problèmes», le Président Sall a montré sa ferme volonté d’extraire les populations des conditions  de vie dialectiquement difficiles : une misère …noire, chômage chronique, insécurité grandissante, sous –emploi des jeunes,  inondations, etc. Tel un médecin muni de son stéthoscope et  face à son patient à l’article de la mort,  Macky ausculte le pouls de la banlieue,  pour lui  apporter des joints et des soins. Il a misé sur l’éducation et la santé pour pousser cette partie de Dakar, véritable chaudière électorale,  vers le développement.

La pose  d’un lycée moderne  à Keur Massar et autres établissements scolaires  le prouvent par mille. Oui !, le Président  Macky, qu’on l’aime ou qu’on l’aime pas, sait  pertinemment que le monde moderne est guidé par le savoir et que c’est par l’usage des «armes intelligents» que l’on peut mener  un pays vers la réussite. En voulant doter de plateau technique de haut niveau l’Hôpital «Dallal Jaam», un joyau voulu par  son père et successeur Wade, cet infatigable bâtisseur, le président Macky reste conscient qu’une population malade n’est pas susceptible de participer à la croissance.

Le prolongement de la VDN  et la reprise entière du «Pont Sénégal 92» baptisé, désormais,  l’ «Echangeur de l’Emergence» ou le  «Pont de l’Emergence» montre la détermination sans cesse croissante  du Chef de l’Etat à mettre Dakar sur le podium des capitales les modernes. Ne dit –on pas que «Les routes sont les artères vitales de l’économie ? » Ceux qui ont eu à visiter les pays comme la Chine, le Japon ou le Brésil ne me dédiront pas.

*Par Ibrahima NGOM Damel* Journaliste

Dans la même rubrique...

La désertification, cette autre calamité à combattre

Actusen

COVID-19 : LE SALUT PEUT-IL VENIR DES COMMUNAUTÉS ?

Actusen

Lettre à Cheikh Oumar Hann, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (par Babacar Diop, Fds)

Actusen

Laissez un commentaire