ACTUSEN
A LA UNEEconomieNews

Fin d’une mission du Fmi à Dakar : la surprenante décision prise par le président Diomaye Faye et son gouvernement 

Une équipe du Fonds Monétaire International (FMI) a séjourné au Sénégal du 25 avril au 3 mai 2024 pour faire le point sur les développements économiques et politiques récents et jeter les bases de discussions de la seconde revue du programme soutenu par le FMI. À l’issue de la mission, M. Edward Gemayel, chef de mission, a fait une déclaration, indiquant qu’en 2023, l’économie sénégalaise a fait preuve de résilience en dépit d’un contexte difficile. “Malgré les tensions politiques autour de l’élection présidentielle et les chocs extérieurs, la croissance économique a dépassé les attentes (4,6%), reflétant une bonne campagne agricole et un secteur tertiaire solide. L’inflation a également connu une baisse plus rapide que prévu, retombant à 5,9%. Des dépenses élevées de subventions à l’énergie (620 milliards de francs CFA, soit 3,3% du PIB) et d’intérêts sur la dette ont été compensées par des réductions des dépenses d’investissements afin de contenir le déficit budgétaire à 4,9% du PIB, conformément à l’objectif du programme”, se réjouit-il.

La croissance économique a dépassé les attentes (4,6%)

En outre, M. Gemayel dira que le gouvernement a constitué des réserves de liquidités en prévision de l’élection présidentielle, ce qui a contribué à une augmentation de la dette du gouvernement central (73,4% du PIB) au-delà du plafond de dette fixé dans le cadre de l’UEMOA. C’est ainsi que le déficit du compte courant est resté important (18,8 % du PIB), reflétant la faiblesse persistante des exportations de biens.

Même si la croissance de l’activité économique au premier trimestre 2024 a été plus faible que prévu, du fait des incertitudes politiques liées à l’élection présidentielle, le chef de la mission du Fmi souligne que les indicateurs de conjoncture montrent que la croissance de l’activité économique a été modérée, ajoutant les entreprises ayant reporté leurs investissements quand les consommateurs ont réduit leurs dépenses. “L’inflation s’est repliée à 3,3% (en glissement annuel). L’exécution du budget a été marquée par une moins-value au niveau des recettes et un dépassement du coût des subventions à l’énergie par rapport à l’enveloppe budgétaire initiale”, ajoute-t-il, avant d’embrayer en ces termes : “Les perspectives économiques restent toutefois favorables. La croissance économique pour 2024 est maintenant projetée à 7,1% contre 8,3% auparavant, reflétant une activité économique impactée au premier trimestre par le contexte électoral et un démarrage retardé de la production de gaz jusqu’en décembre 2024.”

Pour atteindre l’objectif de déficit budgétaire de 3,9% du PIB fixé pour la fin de l’année 2024, le Fmi estime qu’il il faudra prendre des mesures ambitieuses pour rationaliser les dépenses fiscales et améliorer l’efficacité des dépenses

Si les données préliminaires pour la fin de l’année 2023 indiquent que le programme soutenu par le FMI reste globalement sur la bonne voie, M. Edward Gemayel ajoute, toutefois, que pour atteindre l’objectif de déficit budgétaire de 3,9% du PIB fixé pour la fin de l’année 2024, il faudra prendre des mesures ambitieuses pour rationaliser les dépenses fiscales et améliorer l’efficacité des dépenses. “Ces mesures devraient être prises dans le cadre d’un budget rectificatif qui permettrait la réalisation de l’objectif régional de déficit budgétaire de 3% du PIB en 2025”, précise-t-il.

“Réforme structurelle et audit de la Senelec”

Mieux, il estime qu’un “accent devrait être davantage mis sur les réformes structurelles, portant sur la révision de la formule de détermination des produits pétroliers et la réalisation d’un audit de la compagnie d’électricité Senelec afin de mettre en œuvre une nouvelle grille tarifaire pour l’électricité, avec un tarif social pour les ménages vulnérables.” En outre, il annonce que les autorités progressent dans les mesures visant à sortir le Sénégal de la liste grise du Groupe d’action financière (GAFI).

Les nouvelles autorités réaffirment leur engagement à poursuivre le programme actuel soutenu par le FMI

Durant cette visite, l’équipe du FMI a été reçue en audience par le Premier Ministre, Ousmane Sonko. Elle a également rencontré le Ministre des Finances et du Budget, Cheikh Diba et des hauts fonctionnaires de l’administration. Aussi, a-t-elle eu des discussions productives avec des représentants des milieux d’affaires et des partenaires de développement.

Ainsi, les nouvelles autorités ont réaffirmé leur engagement à poursuivre le programme actuel soutenu par le FMI. Elles reconnaissent que les principaux piliers du programme s’alignent sur leurs propres objectifs stratégiques, à savoir : améliorer la résilience budgétaire et réduire les vulnérabilités de la dette, renforcer la gouvernance, promouvoir la transformation structurelle de l’économie et renforcer la résilience au changement climatique.

D’ailleurs, les discussions pour la seconde revue du programme soutenu par le FMI au titre du Mécanisme Elargi de Crédit (MEC) et de la Facilité Elargie de Crédit (FEC), et la Facilité pour la Résilience et la Durabilité (FRD) sont pour l’instant prévues au mois de juin 2024.

Amadou DIA (Actusen.sn)

Related posts

Ousmane Sonko au roi d’Oussouye « nous avons été l’homme politique le plus diffamé et le plus attaqué. Mais ça ne nous a absolument ébranlé »

Alioune Tine : «l’éligibilité de Khalifa Sall et de Karim Wade doit et être résolue de façon définitive pour apaiser le champ politique»

Actusen

Trafic de faux médicament à Touba Bélél : Bara Sylla et Amadou Woury Diallo condamnés à 5 et 7 ans de prison plus une amende de 200 millions F Cfa

Leave a Comment