Khalifa Sall : « Nous sommes de gauche. Nous sommes des Socialistes »

Sa sortie était très attendue après sa libération à la faveur d’une grâce présidentielle. C’est maintenant fait. Khalifa Sall a fait face à la presse, ce lundi. Une rencontre au détour de laquelle, l’ex-député-maire est revenu sur les moments passés à la prison de Reubeus mais aussi sur son combat politique. Khalifa Sall a été on ne peut plus limpide sur ses ambitions. A l’en croire, son séjour en prison l’a renforcé dans ses convictions lesquelles sont d’œuvrer pour ses concitoyens. «Porté par cette double exigence d’une Nation refondée autour de ses valeurs et d’un Etat au service de ses citoyens, je vous retrouve encore plus déterminé. Après avoir capitalisé les expériences vécues, j’y ai puisé une énergie nouvelle que je continuerai à mettre au service du Sénégal. Et résolument tourné vers l’avenir de notre pays, seule perspective digne d’intérêt, je poursuis mon engagement politique avec vous mes chers camarades, avec toutes celles et tous ceux qui partagent les valeurs de liberté, de progrès, de justice et de solidarité et en étant ouvert aux apports fécondants de toutes les forces vives de notre pays», dit-il.

Il entend ainsi «tirer les leçons de cette épreuve» qui fut, selon lui, «un fort moment de communion avec Allah ». Que nul ne s’y trompe aussi, car Khalifa Sall dit ne pas «garder de rancœur» avec qui que ce soit. D’autant plus que les chantiers qui l’attendent sont immenses.

Lors de sa déclaration, Khalifa Sall a également insisté sur la nécessité pour eux de garder intacte leur identité. «Nous sommes de gauche. Nous sommes des Socialistes. Nous sommes adossés à notre conviction et à nos valeurs», dit-il. Non sans s’engager «à s’opposer aux politiques néfastes pour le peuple Sénégalais», Khalifa Sall a réaffirmé leur ancrage «dans l’opposition avec responsabilité, fermeté et sans compromission». Khalifa Sall a aussi manifesté son attachement aux conclusions des Assises nationales.  «Les conclusions des Assises nationales constituent le document de référence de notre projet. Et il faudra les adapter au contexte et aux évolutions de notre pays, de l’Afrique et du monde. Nous nous engageons à les appliquer, sans rien omettre, sans rien remettre en cause», déclare-t-il.

Ousmane Thiane, Stagiaire (Actusen.sn)

Laisser un commentaire