ACTUSEN
People & Sports

L’OM n’a pas appris de ses erreurs

Les directions se succèdent mais le mal reste le même. Comme lors des deux dernières saisons, et alors que le mercato s’achève ce jeudi, Marseille ne possède qu’un attaquant dans son effectif. Au-delà du calibre de ce renfort, le besoin d’épauler Valère Germain s’avère indispensable.

La quête d’un attaquant tient le mercato de l’OM en haleine depuis des mois. Dès le 26 juin, Marseille a obtenu le renfort de Valère Germain, qui s’est engagé en provenance de Monaco. Depuis, c’est le fantasme du « grand attaquant » qui alimente toutes les discussions. Olivier Giroud, Carlos Bacca, Stefan Jovetic, pour ne citer qu’eux, ont tous été annoncés sur la Canebière. Sans réussite. « On aimerait recruter un attaquant, mais quelle que soit la pression extérieure, on ne recrutera pas un attaquant qui ne correspondra pas à nos besoins de façon très précise », a rappelé Jacques-Henri Eyraud, le président, jeudi en conférence de presse.

A force de trop tergiverser, l’OM se retrouve dans la même situation que lors des deux derniers mercatos d’été. Alors que le marché des transferts ferme ses portes ce jeudi soir, Marseille ne compte qu’un seul avant-centre de métier dans son effectif. Sans remettre en cause le niveau de Valère Germain, sa présence ne peut suffire sur une saison entière. L’OM l’a déjà appris à ses dépens. « Il faut du renfort en attaque », a d’ailleurs lâché Rudi Garcia en conférence de presse, samedi dernier.

Batshuayi puis Gomis

En 2015 déjà, Michy Batshuayi se retrouve seul détenteur de ce rôle à la suite du départ d’André-Pierre Gignac pour le Mexique. Pendant un temps, les dirigeants marseillais cherchent une doublure à l’attaquant belge avant que Marcelo Bielsa, alors au poste d’entraîneur, ne mise par défaut sur Lucas Ocampos. La démission de l’Argentin au soir de la première journée, et une défaite à domicile contre Caen (1-0), bouleverse les plans du club. Erik Lamela tombe pourtant d’accord avec la formation olympienne, alors dirigée par Vincent Labrune, mais Tottenham bloque son départ le 31 août.

Le même scénario s’est répété l’an passé. Bafétimbi Gomis, prêté par Swansea le 29 juillet, est appelé à compenser le départ de Batshuayi à Chelsea. Pendant un an, l’ancien Lyonnais est l’unique avant-centre de l’effectif marseillais. Et comme la saison d’avant, ses entraîneurs successifs sont contraints de bricoler lors de ses absences. Malgré un exercice convaincant (20 buts en Ligue 1), Gomis n’a pas été retenu et s’est envolé pour Galatasaray. Il reste quelques heures aux dirigeants marseillais pour trouver la perle rare.

Avec Football.fr

Related posts

Éliminatoires Afrobasket feminin 2021 : la liste des 19 sélectionnées

Actusen

Pour Sampaoli, Vidal a un problème avec l’alcool

Eswatini-Sénégal : Pape Alioune Ndiaye corse l’addition (4-1)

Leave a Comment