A LA UNE News Société

Louga : les précisions du directeur de l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye suite au décès de la femme enceinte, Astou Sokhna

L’affaire Astou Sokhna, la femme enceinte décédée dans ‘’l’indifférence totale’’ à l’hôpital Amadou Sakhir Mbaye de Louga va surement prendre une autre tournure. Suite à cette tragédie qui s’est produite jeudi dernier, les réactions fusent de partout.

D’ailleurs, la famille de la victime qui a du mal à digérer cette situation, a déposé une plainte ce lundi sur la table du procureur de Louga. Laquelle vise la direction de la structure sanitaire. C’est pourquoi le directeur général dudit hôpital a fait face à la presse, ce lundi, pour apporter des clarifications. Dr Amadou Guèye Diouf, après avoir fait part de ses regrets suite à l’incident, a déclaré qu’une procédure a été enclenchée pour situer les responsabilités.

«C’est une situation que personne ne souhaite mais qui est survenue. Et, dès lors qu’une situation de cette nature survient, il est bon, s’il y a des incompréhensions, que des explications puissent être apportées compte tenu de la nécessité dans laquelle, nous nous trouvons, de respecter le secret médical. Même si la personne n’est plus de ce monde, nous n’avons pas, nous, le droit d’étaler sur la place publique des éléments la concernant», a expliqué la blouse blanche.

Quid de la plainte annoncée par la famille de la victime pour tirer cette affaire au clair ? Le directeur de l’hôpital d’embrayer en ces termes : «nous respecterons toute décision prise par la famille dans ce sens parce que le Sénégal est un Etat de droit et personne n’est au-dessus de la loi. Ça aussi nous le savons et nous l’acceptons».

Poursuivant à répliquer sur la plainte déposée par la famille du défunt, Dr Amadou Guèye Diouf annonce que l’hôpital est disposé à répondre si éventuellement cette saisine de la justice se confirme. «Les équipes de la maternité ont fait leur devoir dans cette situation. C’est-à-dire, il y a un audit du décès qui a été fait et en aucun moment, il n’est ressorti qu’une césarienne en urgence avait été indiquée contrairement à ce qui est apparu dans la presse. C’est une précision que nous voulions apporter tout en gardant le reste pour la suite de l’enquête», a-t-il rassuré.

Mansour SYLLA (Actusen.sn)

Dans la même rubrique...

Conseil des ministres décentralisé à Thiès : la mobilisation exceptionnelle de Abdoulaye Dièye pour accueillir le président Macky Sall 

Actusen

Pour la préservation de la paix nationale : Amnesty, la RADDHO et la LSDH réclament la fin des arrestations arbitraires

Actusen

Sonko : «nous voulons la paix comme tout le monde mais nous n’allons pas rester les bras croisés face aux multiples attaques»

Actusen

Laissez un commentaire