A LA UNE News Société

Menace de mort et violence et voie de fait : Moussa Lô traduit son oncle en justice

Le sieur Omar Diagne a écopé, hier, d’une peine assortie du sursis de 3 mois. Il est traduit à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar par son neveu Moussa Lô qui lui reproche les chefs de menace de mort et violence et voie de fait.

Le linge sale se lave en famille, dit-on. Mais Moussa lô et son oncle ont préféré le laver devant la barre d’une juridiction. Le premier nommé a traduit son oncle qu’il reproche les délits de menace de mort et violence et voie de fait, en justice. Ayant perdu ses deux parents, le mineur Moussa Lo qui est confié à sa grand-mère partage la même maison avec son oncle Omar Diagne.

Malgré leur différence d’âge de 38 ans, ils (l’oncle et son neveu) n’entretiennent pas de bonnes relations. Leurs malentendus qui ne cessent de se multiplier finissent pas irriter la bonne dame qui les prend tous les deux en charge. Leur dernière dispute s’est soldée avec des menaces de mort et des violences et voie de fait. Ainsi, pour préserver sa vie, Moussa Lo, malgré son jeune âge, saisit dame justice.

L’affaire a été évoquée, hier vendredi, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. Face au juge, Moussa Lô renseigne que son oncle s’est fâché parce qu’il a refusé de laver une moquette. «J’avais même oublié cette affaire. En sortant de la maison, je l’ai croisé juste à l’entrée. Comme d’habitude, je l’ai salué mais il m’a intimé l’ordre de ne plus le faire. Je suis parti sans rien dire. Cela ne lui a pas empêché de m’injurier. J’ai riposté et il a commencé à s’en prendre physiquement à moi. Par la suite, il a brandi un couteau et menacé de mettre fin à mes jours», s’est plaint Moussa Lô.

Des allégations contestées par le prévenu Omar Diagne. Ce mécanicien domicilié à Gueule Tapée et père d’un enfant jure qu’il ne détenait aucune arme le jour des faits. Toutefois, il reconnaît avoir démantelé à son neveu de ne plus lui adresser la parole, depuis qu’il a refusé de laver pour lui la moquette.

Entendu à nouveau pour ses demandes, le plaignant n’a rien réclamé. Il a imploré le tribunal d’ordonner à son oncle de ne plus s’en prendre à lui. La représentante du ministère public a pour sa part requis l’application de la loi.

L’avocat du comparant Me Michel Ndong a, quant à lui, sollicité une application bienveillante de la loi pénale en ce qui concerne le délit violence et voie de fait et la relaxe pour ce qui est du chef de menaces de mort. «Il a le droit de corriger son neveu et de le mettre sur la bonne voie», a plaidé la robe noire.

Finalement, après en avoir délibéré, le tribunal a relaxé Omar Diagne du délit de menaces de mort. Par contre, il a été reconnu coupable du chef de violence et voie de fait. Une peine de trois mois assortis du sursis lui a été infligée. «Il est temps de cesser vos chamailleries. Vous êtes appelés à vivre ensemble. Moussa tu as l’obligation de respecter ton oncle. Il peut être ton géniteur. Et toi Omar tu dois éviter certaines bassesses face à ce gamin», leur a asséné le magistrat qui s’est exprimé en sa qualité de régulateur social.

Adja Khoudia THIAM (Actusen.sn)

Dans la même rubrique...

Affaire Pape Alé Niang : la Cap donne des nouvelles du journaliste et menace d’intensifier la combat pour sa libération et

Actusen

Election présidentielle de 2024 : le ministre de l’Intérieur annonce la révision exceptionnelle des listes électorales en 2023

Actusen

Affaire Didier Badji et Fulbert Sambou : «les gens ont peur en Casamance que ça soit un ciblage de certains agents» (député Bakary Diedhiou)

Actusen

Laissez un commentaire