News

Mme Chantal Koffi sur le projet Ipcoea : «il milite au renforcement des capacités des acteurs des plateformes portuaires pour donner une chance de succès à la digitalisation de certaines de nos procédures de travail»

La cérémonie d’ouverture de l’avant dernière phase du Projet IPCOEA consacré à la formation dite de courte durée a eu lieu à Saly, en présence de Mme Chantal Koffi, représentante du Directeur Général de l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM), Partenaire dudit Projet.

Lors de cette rencontre, elle a remercié «toute la dynamique Communauté portuaire du Sénégal grâce à qui ce projet prendra forme». Selon Mme Koffi, «ce projet vient à propos, afin de permettre à nos communautés portuaires de se conformer à cette donne». «La cérémonie de ce jour est la manifestation du soutien apporté aux ports membres et à nos communautés portuaires à s’adapter aux dispositions nouvelles du commerce mondial à l’effet de booster leur compétitivité», déclare-t-elle.

Elle a rappelé que «ce projet vise à l’amélioration de l’efficacité des opérations portuaires et douanières des pays de la zone Cedeao par l’entremise d’outils essentiels que sont ‘’le Guichet Unique Portuaire’’ et ‘’les Systèmes Communautaires Portuaires’’; dont Sept (07) Pays sont concernés, au nombre desquels la République du Sénégal»

A l’en croire, «notre mission en tant que partenaire IPCOEA est de mettre à disposition des ports Membres de l’Association de Gestion de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (AGPAOC), premier bénéficiaire, des Experts et d’aider à donner des outils nécessaires à la facilitation des échanges commerciaux».

Pour Mme Koffi, «l’Académie Régionale des Sciences et Techniques de la Mer (ARSTM), est l’institution régionale de formation des 15 pays francophones de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, dans les domaines : des Transports maritimes, de la Navigation, la Logistique, les métiers Portuaires, la Pêche, la Sécurité et la sûreté maritimes».

Mme Koffi a dévoilé les objectifs attendus pour ce projet. «Faire partir des Huit (8) ports ou Communautés portuaires choisis dans le cadre de cet accompagnement est une opportunité incommensurable et nous n’avons pas le droit de faiblir ou d’échouer. Ce projet qui vient à propos, milite au renforcement des capacités des acteurs des plateformes portuaires pour donner une chance de succès à la digitalisation de certaines de nos procédures de travail. Et l’AGPAOC, l’ARSTM et ses partenaires entendent poursuivre leur sensibilisation tout en s’assurant les mois et années à venir de l’implémentation réelle et effective de ce projet d’envergure», déclare-t-elle.

Mansour SYLLA (Actusn.sn)

Dans la même rubrique...

Covid-19 au Sénégal : 3 nouveaux décès, 9 cas graves et 34 nouveaux tests positifs

Actusen

Drame à Guet Ardo : la foudre s’abat sur une case et tue 4 enfants dont 3 talibés

Actusen

Vidéo fuitée de Bougazelli : la gendarmerie apporte des précisions

Actusen

Laissez un commentaire