Contribution News

PAN, mon cher doyen, je te plains… (Par Gaston MANSALY Journaliste)

Que les voies de la justice divine sont insondables. Longtemps adulé par une bonne partie de tes concitoyens pour ton professionnalisme. Ton patriotisme. Et ta capacité à lever le lièvre sur bien de scandales qui minent ce pays. Ces goulots d’étranglement de l’économie et du développement du Sénégal. Aujourd’hui, c’est dans un trou de rat de la prison de Sébikotane que tu te retrouves pour un “délit de presse”. Pour révélations de “secrets défense, démobilisation des hommes de troupe…”
J’ai doublement mal. Vaiment. Pour ton emprisonnement et pour le métier de journalisme au Sénégal. Un métier désormais dominé par le “compte-rendu”. Où le genre noble, le reportage est devenu une denrée rare. Et si de peur de faire la prison, l’investigation qui commence à prendre de l’ampleur, devient un délit, j’ignore où va ce métier. A preuve, il est toujours reproché aux journalistes du Sénégal d’aller très peu en profondeur des affaires ou scandales publics. Le reportage de BBC Afrique sur le pétrole “incriminant” Aliou Sall, en est un parfait exemple. Que n’a-t-on pas entendu. Tant de reproches. Dans les rues de Dakar, il a été retenu que si la presse nationale faisait “correctement” son travail pour l’éveil des consciences et l’information juste et vraie, il aurait été peu probable voire impossible, que des confrères d’ailleurs puissent débusquer, au nez et à la barbe de tous, ce scandale supposé.
Certains, nostalgiques encore des anciens, pensent même que le nivellement vers le bas, est la chose la mieux partagée dans la presse nationale actuelle. Erreur. Sans tambour ni trompette, des hommes et femmes de médias dans ce pays, abattent un travail remarquable en dépit d’un environnement “malsain”. C’est pourquoi, accordant tout de même un peu de crédit aux détracteurs de la qualité des informations de journalistes sénégalais, je te considère comme celui qui a décidé de briser la glace. Je ne partage pas tous tes points de vue. Mais j’essaie de comprendre le professionnel. Et si le monstre se réveille de son long et profond sommeil tel un vieux serpent de mer, crocs bien pointus pour se jeter sur toi pour tes sorties médiatiques à tort ou à raison, j’ai peur.
Je sais. Je crois. C’est ma vérité. C’est ma conviction. Si tu avais fait comme bon nombre de tes confrères. Comme moi. Taire la vérité et vivre caché, tu aurais été heureux dans ton petit coin. Hélas. Tu n’es pas de cette race. De ma race de petits journalistes. C’est pourquoi je te plains. Seulement de là où tu dors, tu as mon soutien inébranlable. Je souhaite vivement ta sortie de prison. Une liberté (coneitionnelle) ou à la suite d’un procès au détour duquel, tu seras blanchi et libéré sans peine ni dépens. Et si tu as la chance de lire ces piètres mots pondus par cet…apprenti journaliste que je suis, pense à l’avenir du métier, à ta famille, à tes amis et sympathisants. Et arrête….la grève de la faim.
Gaston MANSALY Journaliste

Dans la même rubrique...

Ziarra annuelle de la famille omarienne : Aida Mbodj salue le message de paix du khalife

Actusen

Pape Alé Niang : «je crois que je dois démissionner du métier. Ce contrôle judiciaire n’est ni plus ni moins qu’une prison à ciel ouvert»

Actusen

Chan 2023 : Les Lions ont pris leur revanche sur la Mauritanie et se qualifient en demi-finale

Actusen

Laissez un commentaire